Ça va Malle ?

Écouter notre podcast sur le parfum Uncut Gem et l’évolution de Frédéric Malle :

De Portait of a Lady à Uncut Gem, où va Frédéric Malle ?

Saison 4 – Épisode 12

Une présentation amère : L’Ancien (en Bleu Nuit de Couleurs par le Nez Insurgé) et Le Zen (justement en Portait of a Lady de Frédéric Malle), évoquent la somptueuse banane qu’est Uncut Gem et la direction que prennent les Éditions de Parfums Frédéric Malle…

Par L’Ancien

Donnez de la force à vos gars ! Il nous a fallu 6 cafés nucléaires pour préparer cet épisode !

Les passionnés de vrai parfum n’ont de cesse de parler de Frédéric Malle. La marque est légendaire via des réalisations uniques, tels Portrait of a Lady, Musc Ravageur ou encore The Night. Mais la sortie de piste nommée Uncut Gem nous interpèle tous, où vont les fameuses édition de parfums ?

Frédéric Malle, le lancement de Uncut Gem qui fait tache !

Frédéric Malle en pleine migraine après un coup de fil d’Estée Lauder…

Pionnier de la niche, et bien plus

Frédéric Malle nous a fait rêver. En réaction à la chute de la parfumerie au début du 21e siècle, il lançait les Éditions de Parfums et donnait la voix aux meilleurs parfumeurs. Des chef-d’œuvres et œuvres d’art sortaient des cartons, des Eau d’Hiver, Dans tes Bras, Noir Épices… un véritable revival de ce qu’était la parfumerie avant la glissade parallèle à l’avènement de Sephora.

Frédéric Malle, un directeur artistique hors paire

Lorsque Frédo fêtait ses 20 ans d’existence avec Isabelle Giordano et le gratin des narines (et Anne Flipo dans le triste rôle de la crotte de Nez), il pouvait encore légitimer sa masturbation parfaitement lubrifiée sur le plateau Tv. Car malgré quelques parfums inquiétants, il était largement en droit de gueuler sa supériorité sur le reste du monde du parfum !

Qui donc arrivait à la cheville de sa maison il y a encore quelques mois ?

Car en matière de direction artistique, il était clairement un chef de file. Frédéric connait le biz, il connait le parfum, il a du pif et sait obtenir ce qu’il veut des meilleurs parfumeurs de la planète. Des qualités palpables à chaque sortie pour la marque.

Le parfum first !

Pour faire court, les Éditions de Parfums de Frédo ont été la roue de secours de la parfumerie en pleine chute du game vers le mainstream-rouleau-compresseur. Quand Chanel sortait l’infâme Bleu en 2010, Malle faisait déjà suite à Géranium pour Monsieur avec l’incontournable, l’immense Portrait of a Lady ! Ce comparatif est énorme et tellement parlant. Quand Dior chiait Sauvage en 2015, lui lançait Monsieur. sans un bruit, après avoir choqué le monde avec The Night un an plus tôt!

Frédéric Malle l’usine à classics

À La Parfumerie Podcast on rend toujours à César ce qui lui revient. Frédéric Malle est assis sur une usine à classics ! Il a changé la face de l’industrie en montrant la voie, avec des maisons comme Serge Lutens et l’Artisan Parfumeur. Et pendant que d’autres pionniers comme The Different Company ont souffert sur le long terme, Malle a fait grandir son bébé financièrement, aidé certes par une fortune à portée de main, mais malgré tout avec une réelle maitrise.

C’est tout cela qui a développé une aura autour de sa maison, accompagné d’une com’ intelligente autour d’une bourgeoisie “légitime” qui accompagne l’image de marque, du genre : “Oui, on produit du grand parfum mais c’est inné” !

Un label de qualité

La simple vue de la charte graphique orange est devenue un gage de qualité : “C’est Frédéric Malle, te pose pas de questions”. Les noms des parfumeurs apposés sur les flacons ont été un bénéfice pour les deux camps. Les compositeurs ont pu trouver une reconnaissance et cesser d’être masqués par les marques en mode ghost writers, et de son côté Malle y a gagné en retour, récupérant la monnaie de la renommée de ses auteurs grâce à… la présence de leurs noms sur les flacons. Bien vu.

Avant Uncut Gem, les Éditions de Parfums Frédéric Malle étaient une usine à classics
Le groupe Estée Lauder, propriétaire de la marque Frédéric Malle.

Le General Motors Building à New-York où siège le groupe Estée lauder.

Vendre son âme, oh oui !

Mais d’un habile calcul, Frédéric Malle a pu vendre son âme au diable le plus séduisant. Grand groupe du monde du parfum connu pour son maniement des armes et ses boniments de charme, Estée Lauder, habitué à ne rien pondre sans tests, à tester l’odeur pour ne jamais se retrouver en reste, à montré son vif intérêt pour la maison.

Au vu des performances commerciales de la marque, le groupe américain met son grappin dessus en 2014, louchant entre autres sur les ventes étonnantes de Portrait of a Lady, battant des records pour un parfum de niche. Une occasion rare de racheter un probable câdor des années à venir.

Un CP cousu de fil blanc

Lorsqu’un rachat a lieu, les effets se ressentent très vite. Malle lance peu après le mastodonte The Night, chef-d’œuvre interstellaire servant à pousser une collection pour sauter les belles bourses du Golfe. Les Desert Gems étaient alors nés avec des Ouds très moyens, mais calibrés pour partir en croisades et pourfendre les arabes chez eux.

Peu importe l’amour du parfum et de l’Art, faut que ça rapporte, on a faim on veut des dollars ! Estée n’a pas l’temps et s’impatiente, où sont les ventes dignes de Portrait ?

Armé de son narratif “parfum d’auteur”, Frédo commence à commander des fragrances plutôt qu’éditer les belles histoires de ses parfumeurs. Les Desert Gems en sont l’exemple criant, mais le cap était quand même gardé, pour maintenir encore la tête haute, avec un projet comme Synthetic Jungle par Anne Flipo. Ceci dit, les équations se faisant serrées, les éditions ont commencé leur mise à jour en arrière plan, allant droit vers la tendance, quitte à en finir avec les bonnes mœurs.

Qui tient le manche ?

On se rappelle les belles déclarations de Frédéric Malle après le rachat de sa boîte. Le sourire aux lèvres, se raillant de ceux qui prétendaient que sa direction risquait d’en prendre un coup. Il disait qu’Estée Lauder était une force pour le développement de ses Éditions de Parfums. Évidemment, il avait tort.

Le temps ne ment jamais et force est de constater que tout semble dissous dans l’alcool dénaturé chez Frédo. Les prods s’enchainent, des crèmes pour les mains à la brume pour les veuchs, rien ne se perd, tout se vend. La légende dit même que certains jus ont perdu de leur superbe, moins de tenue, quelques retouches inquiétantes, à voir.

Uncut Gerbe

Et puisque tout se vend, pourquoi ne pas y aller franco ? Uncut Gem, dernier né de la marque qui nous a secoué dans le pire sens du terme, vient renverser tout le catalogue Frédéric Malle.

En bon conteur d’histoires, Maurice Roucel et son patron racontent en clip comment est venu l’idée de lancer un parfum que Momo portait dans les couloirs de la maison. Lorsqu’on a snifé la dégueulasserie que représente la fragrance, on comprend que les protagonistes n’ont pas l’accent de la vérité non plus.

Frédéric Malle sous la pression d'Estée Lauder

Wanted, mort ou vif

Vendu à 215€ le flacon de 50ml et 305€ le 100ml, Frédo franchit la barre dont Gucci avait été l’instigateur avec sa collection The Alchemist Garden. La banane n’étant pas assez dure… mûre pardon, on capte vite l’amertume du fruit. Un bon vieux jus éclaté au sol pété de bois ambré qui pue l’Azzaro Wanted, ou toute autre masculinité foireuse vendue en parfumerie mainstream. C’était donc ça le projet ? C’était ça la sublime cologne que portait Maurice dans le scénario ? Il faut faire du bif pour ne pas y rester, on a bien compris.

Avis Uncut Gem Frédéric Malle Maurice Roucel

La banane, matière première du parfum Uncut Gem par Maurice Roucel.

Frédéric Malle, de la légende à la réalité

Uncut Gem nous prouve ici que les Éditions de Parfums Frédéric Malle ne sont rien d’autre qu’une marque. Le discours autour des œuvres d’auteurs ne valent plus rien. On produit du parfum, c’est tout, qui plus est sous les ordres de dame Estée.

L’exemple positif qu’était la maison produira désormais l’effet contraire dans le monde de la niche. Même Malle peut faire de la merde pour vendre, du parfum 2.0, tout s’effondre. Dans son appart de Long Island, Frédo s’en tamponne aujourd’hui. Il fait son biz sans trop se faire chier, faisant l’intermédiaire sur WhatsApp entre Lauder et ses parfumeurs au charbon.

Plus rien branler en vendant des Uncut Gem

Pour Frédo ça ne sent pas encore le sapin, en tournant le dos à l’Art il va enfin pouvoir s’adonner au golf, au scrabble et prendre son temps en pédicure pour mieux prendre son pied.

Lorsqu’on est racheté par un grand groupe et qu’on est toujours à la tête de sa marque, on prend son salaire et on ferme sa trousse à 17h, au calme. C’est ça que contient la formule Uncut Gem, un projet d’employé qui a son petit bureau et sa secrétaire, mais plus aucune ambition.

La réputation de la marque, construite sur vingt ans, n’est autre que la base du projet. Accoutumer les clients à de la bonne cam’, puis passer doucement à de la merde, pour vendre du packaging et du rêve.

En ne foutant plus rien, Frédéric Malle pourra parfaire sa pédicure

Banane d’origine contrôlée

Et si c’était vraiment ça le projet en réalité ? Parce qu’on se demande au final si Frédéric Malle n’est pas une maison qui avait été lancée dans l’optique d’un futur rachat ? Lorsqu’on regardait le semblant de perfection revendiquée par Malle, on était peut-être tout simplement trop distrait.

On a parfois l’impression qu’il n’y a rien de plus que les autres maisons, celles qui bricolent à longueur d’année. La com’ n’a jamais été au niveau des réalisations parfumées, le design en police Arial est une faute de goût et de compétence… bref, on se pose pas mal de questions quand même.

La parfumerie de niche est morte, Uncut Gem et Frédéric Malle l'ont tuée.

La confiance est morte

Malgré cette tendance sociale qui veut porter du parfum uniquement si c’est cher, on comprend vite, en observant les commentaires des spécialistes et des perfumistas, que la confiance n’est plus de mise. En voyant s’effondrer des marques comme Frédéric Malle, Serge Lutens, en voyant s’éteindre Dior et les autres géants du game, le consommateur se méfie et ne laisse plus rien passer.

La Niche est morte

Avec Uncut Gem, Malle a mis fin à un mouvement qu’il avait poussé au sommet. La parfumerie de niche qui proposait une alternative au mainstream n’a plus aucune raison d’être, ne proposant plus rien, elle est en soins palliatifs.

On vend du mainstream dans des fioles à 300 balles, on est redevenu de simples marques de parfum, rien d’autre.

Contre-culture

Ce genre de marques qui ne servent plus à rien sont vouées à disparaitre de toute façon. Les passionnés, le vrais amoureux d’olfaction et de parfum viendront prendre leur place sur l’échiquier. L’industrie est morte et avec elle ces enseignes qui leurs tenaient tête, mais un jour nouveau viendra, c’est évident.

Fais nous mentir Frédo !

On a beau avoir le seum au devant de cette descente aux enfers, on garde de l’espoir et un profond respect pour tout ce que la marque a pu produire, ce qu’elle a amené à la parfumerie. Frédéric Malle est capable du meilleur et le pire étant atteint on ne peut qu’espérer mieux…

Si tu nous lis, fais nous mentir ! Venge toi et balance une dinguerie au four, un classic, une frappe atomique qui nous fermera nos gueules. On n’en demande pas moins, tu as prouvé dans le passé ta capacité à diriger les meilleurs compositeurs vers les plus belles œuvres parfumées.

Pionnier de la niche, et bien plus

Frédéric Malle, le lancement de Uncut Gem qui fait tache !

Photo : Frédéric Malle en pleine migraine après un coup de fil d’Estée Lauder…

Frédéric Malle nous a fait rêver. En réaction à la chute de la parfumerie au début du 21e siècle, il lançait les Éditions de Parfums et donnait la voix aux meilleurs parfumeurs. Des chef-d’œuvres et œuvres d’art sortaient des cartons, des Eau d’Hiver, Dans tes Bras, Noir Épices… un véritable revival de ce qu’était la parfumerie avant la glissade parallèle à l’avènement de Sephora.

Frédéric Malle, un directeur artistique hors paire

Lorsque Frédo fêtait ses 20 ans d’existence avec Isabelle Giordano et le gratin des narines (et Anne Flipo dans le triste rôle de la crotte de Nez), il pouvait encore légitimer sa masturbation parfaitement lubrifiée sur le plateau Tv. Car malgré quelques parfums inquiétants, il était largement en droit de gueuler sa supériorité sur le reste du monde du parfum !

Qui donc arrivait à la cheville de sa maison il y a encore quelques mois ?

Car en matière de direction artistique, il était clairement un chef de file. Frédéric connait le biz, il connait le parfum, il a du pif et sait obtenir ce qu’il veut des meilleurs parfumeurs de la planète. Des qualités palpables à chaque sortie pour la marque.

Le parfum first !

Pour faire court, les Éditions de Parfums de Frédo ont été la roue de secours de la parfumerie en pleine chute du game vers le mainstream-rouleau-compresseur. Quand Chanel sortait l’infâme Bleu en 2010, Malle faisait déjà suite à Géranium pour Monsieur avec l’incontournable, l’immense Portrait of a Lady ! Ce comparatif est énorme et tellement parlant. Quand Dior chiait Sauvage en 2015, lui lançait Monsieur. sans un bruit, après avoir choqué le monde avec The Night un an plus tôt!

Frédéric Malle l’usine à classics

Avant Uncut Gem, les Éditions de Parfums Frédéric Malle étaient une usine à classics

À La Parfumerie Podcast on rend toujours à César ce qui lui revient. Frédéric Malle est assis sur une usine à classics ! Il a changé la face de l’industrie en montrant la voie, avec des maisons comme Serge Lutens et l’Artisan Parfumeur. Et pendant que d’autres pionniers comme The Different Company ont souffert sur le long terme, Malle a fait grandir son bébé financièrement, aidé certes par une fortune à portée de main, mais malgré tout avec une réelle maitrise.

C’est tout cela qui a développé une aura autour de sa maison, accompagné d’une com’ intelligente autour d’une bourgeoisie “légitime” qui accompagne l’image de marque, du genre : “Oui, on produit du grand parfum mais c’est inné” !

Un label de qualité

La simple vue de la charte graphique orange est devenue un gage de qualité : “C’est Frédéric Malle, te pose pas de questions”. Les noms des parfumeurs apposés sur les flacons ont été un bénéfice pour les deux camps. Les compositeurs ont pu trouver une reconnaissance et cesser d’être masqués par les marques en mode ghost writers, et de son côté Malle y a gagné en retour, récupérant la monnaie de la renommée de ses auteurs grâce à… la présence de leurs noms sur les flacons. Bien vu.

Vendre son âme, oh oui !

Le groupe Estée Lauder, propriétaire de la marque Frédéric Malle.

Photo : Le General Motors Building à New-York où siège le groupe Estée lauder.

Mais d’un habile calcul, Frédéric Malle a pu vendre son âme au diable le plus séduisant. Grand groupe du monde du parfum connu pour son maniement des armes et ses boniments de charme, Estée Lauder, habitué à ne rien pondre sans tests, à tester l’odeur pour ne jamais se retrouver en reste, à montré son vif intérêt pour la maison.

Au vu des performances commerciales de la marque, le groupe américain met son grappin dessus en 2014, louchant entre autres sur les ventes étonnantes de Portrait of a Lady, battant des records pour un parfum de niche. Une occasion rare de racheter un probable câdor des années à venir.

Un CP cousu de fil blanc

Lorsqu’un rachat a lieu, les effets se ressentent très vite. Malle lance peu après le mastodonte The Night, chef-d’œuvre interstellaire servant à pousser une collection pour sauter les belles bourses du Golfe. Les Desert Gems étaient alors nés avec des Ouds très moyens, mais calibrés pour partir en croisades et pourfendre les arabes chez eux.

Peu importe l’amour du parfum et de l’Art, faut que ça rapporte, on a faim on veut des dollars ! Estée n’a pas l’temps et s’impatiente, où sont les ventes dignes de Portrait ?

Armé de son narratif “parfum d’auteur”, Frédo commence à commander des fragrances plutôt qu’éditer les belles histoires de ses parfumeurs. Les Desert Gems en sont l’exemple criant, mais le cap était quand même gardé, pour maintenir encore la tête haute, avec un projet comme Synthetic Jungle par Anne Flipo. Ceci dit, les équations se faisant serrées, les éditions ont commencé leur mise à jour en arrière plan, allant droit vers la tendance, quitte à en finir avec les bonnes mœurs.

Qui tient le manche ?

Frédéric Malle sous la pression d'Estée Lauder

On se rappelle les belles déclarations de Frédéric Malle après le rachat de sa boîte. Le sourire aux lèvres, se raillant de ceux qui prétendaient que sa direction risquait d’en prendre un coup. Il disait qu’Estée Lauder était une force pour le développement de ses Éditions de Parfums. Évidemment, il avait tort.

Le temps ne ment jamais et force est de constater que tout semble dissous dans l’alcool dénaturé chez Frédo. Les prods s’enchainent, des crèmes pour les mains à la brume pour les veuchs, rien ne se perd, tout se vend. La légende dit même que certains jus ont perdu de leur superbe, moins de tenue, quelques retouches inquiétantes, à voir.

Uncut Gerbe

Et puisque tout se vend, pourquoi ne pas y aller franco ? Uncut Gem, dernier né de la marque qui nous a secoué dans le pire sens du terme, vient renverser tout le catalogue Frédéric Malle.

En bon conteur d’histoires, Maurice Roucel et son patron racontent en clip comment est venu l’idée de lancer un parfum que Momo portait dans les couloirs de la maison. Lorsqu’on a snifé la dégueulasserie que représente la fragrance, on comprend que les protagonistes n’ont pas l’accent de la vérité non plus.

Wanted, mort ou vif

Vendu à 215€ le flacon de 50ml et 305€ le 100ml, Frédo franchit la barre dont Gucci avait été l’instigateur avec sa collection The Alchemist Garden. La banane n’étant pas assez dure… mûre pardon, on capte vite l’amertume du fruit. Un bon vieux jus éclaté au sol pété de bois ambré qui pue l’Azzaro Wanted, ou toute autre masculinité foireuse vendue en parfumerie mainstream. C’était donc ça le projet ? C’était ça la sublime cologne que portait Maurice dans le scénario ? Il faut faire du bif pour ne pas y rester, on a bien compris.

Frédéric Malle, de la légende à la réalité

Avis Uncut Gem Frédéric Malle Maurice Roucel

Photo : La banane, matière première du parfum Uncut Gem par Maurice Roucel.

Uncut Gem nous prouve ici que les Éditions de Parfums Frédéric Malle ne sont rien d’autre qu’une marque. Le discours autour des œuvres d’auteurs ne valent plus rien. On produit du parfum, c’est tout, qui plus est sous les ordres de dame Estée.

L’exemple positif qu’était la maison produira désormais l’effet contraire dans le monde de la niche. Même Malle peut faire de la merde pour vendre, du parfum 2.0, tout s’effondre. Dans son appart de Long Island, Frédo s’en tamponne aujourd’hui. Il fait son biz sans trop se faire chier, faisant l’intermédiaire sur WhatsApp entre Lauder et ses parfumeurs au charbon.

Plus rien branler en vendant des Uncut Gem

En ne foutant plus rien, Frédéric Malle pourra parfaire sa pédicure

Pour Frédo ça ne sent pas encore le sapin, en tournant le dos à l’Art il va enfin pouvoir s’adonner au golf, au scrabble et prendre son temps en pédicure pour mieux prendre son pied.

Lorsqu’on est racheté par un grand groupe et qu’on est toujours à la tête de sa marque, on prend son salaire et on ferme sa trousse à 17h, au calme. C’est ça que contient la formule Uncut Gem, un projet d’employé qui a son petit bureau et sa secrétaire, mais plus aucune ambition.

La réputation de la marque, construite sur vingt ans, n’est autre que la base du projet. Accoutumer les clients à de la bonne cam’, puis passer doucement à de la merde, pour vendre du packaging et du rêve.

Banane d’origine contrôlée

Et si c’était vraiment ça le projet en réalité ? Parce qu’on se demande au final si Frédéric Malle n’est pas une maison qui avait été lancée dans l’optique d’un futur rachat ? Lorsqu’on regardait le semblant de perfection revendiquée par Malle, on était peut-être tout simplement trop distrait.

On a parfois l’impression qu’il n’y a rien de plus que les autres maisons, celles qui bricolent à longueur d’année. La com’ n’a jamais été au niveau des réalisations parfumées, le design en police Arial est une faute de goût et de compétence… bref, on se pose pas mal de questions quand même.

La confiance est morte

La parfumerie de niche est morte, Uncut Gem et Frédéric Malle l'ont tuée.

Malgré cette tendance sociale qui veut porter du parfum uniquement si c’est cher, on comprend vite, en observant les commentaires des spécialistes et des perfumistas, que la confiance n’est plus de mise. En voyant s’effondrer des marques comme Frédéric Malle, Serge Lutens, en voyant s’éteindre Dior et les autres géants du game, le consommateur se méfie et ne laisse plus rien passer.

La Niche est morte

Avec Uncut Gem, Malle a mis fin à un mouvement qu’il avait poussé au sommet. La parfumerie de niche qui proposait une alternative au mainstream n’a plus aucune raison d’être, ne proposant plus rien, elle est en soins palliatifs.

On vend du mainstream dans des fioles à 300 balles, on est redevenu de simples marques de parfum, rien d’autre.

Contre-culture

Ce genre de marques qui ne servent plus à rien sont vouées à disparaitre de toute façon. Les passionnés, le vrais amoureux d’olfaction et de parfum viendront prendre leur place sur l’échiquier. L’industrie est morte et avec elle ces enseignes qui leurs tenaient tête, mais un jour nouveau viendra, c’est évident.

Fais nous mentir Frédo !

On a beau avoir le seum au devant de cette descente aux enfers, on garde de l’espoir et un profond respect pour tout ce que la marque a pu produire, ce qu’elle a amené à la parfumerie. Frédéric Malle est capable du meilleur et le pire étant atteint on ne peut qu’espérer mieux…

Si tu nous lis, fais nous mentir ! Venge toi et balance une dinguerie au four, un classic, une frappe atomique qui nous fermera nos gueules. On n’en demande pas moins, tu as prouvé dans le passé ta capacité à diriger les meilleurs compositeurs vers les plus belles œuvres parfumées.

Uncut Gem et la situation de Frédéric Malle, vous en dites quoi ?

Balancez-nous vos légendes !

2 Commentaires

  1. sandrine

    Bonjour,

    Je viens d’écouter votre dernier podcast, je n’ai pas encore eu l’occasion de sentir Uncut Gem, je dois bien le dire…..
    Je voudrais juste revenir sur le passage où il est question de “The Night” et où après vous dites : “on vous balance des Promises….”,les déserts Gems étaient nés avec des Oud très moyens…”
    J’avoue ne plus suivre, dans La Grande Revue de janvier 2021, vous parlez de Promise en ces termes: “…un oriental floral, bien épicé, …….une superbe référence.”
    Je comprends bien que The Night soit considéré comme un chef-d’oeuvre, mais tout le monde n’a pas forcément ni les moyens ni même peut-être l’envie de dépenser 255 euros pour un 10 ml, The Moon et Promise doivent- ils être jetés à la poubelle sous prétexte qu’ils sont un peu plus accessibles au nez et moins chers……ou bien plus crossover pour reprendre vos expressions ?

    Réponse
    • L'Ancien

      Effectivement, avec le temps on est un peu revenus sur nos idées. En prenant plus de temps sur cette collection, loin du wow de départ, on a pu s’apercevoir de la supercherie, comme l’absence de Oud etc. Ça n’est pas qu’un vrai Oud soit obligatoire au final, mais plutôt que la com’ est loin du réel et qu’on a plus une soupe en fin de parcours. Malheureusement, The Night est isolé dans une collection qui est là pour faire du “Nuit de Feu“, c’est à dire convaincre un public ignorant avec des notes dures qui viennent confirmer l’imaginaire collectif sur les Ouds. Promise étant le plus désastreux à l’arrivée. Dawn reste finalement le meilleur des 3 descendants.

      Merci d’avoir souligné cette divergence, on voulait mettre un petit disclaimer mais notre temps est souvent serré et on oublie…..

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’auteur :

L'Ancien, animateur, auteur du podcast Parfum La Parfumerie

L’Ancien

Auteur / Animateur

Il est la voix lugubre de ce podcast, grande gueule qui aime à secouer l’industrie du parfum. Sur ces notes trempées à l’encre noire, on peut distinguer des listes de victimes enterrées de Paris à Oman. L’Ancien est celui que tu aimes détester, c’est cette note de cœur qui te dérange mais qui rend la composition si singulière.

Lire la bio de L’Ancien

La Parfumerie, La Saison 4 du Podcast Parfum 

Tous les épisodes :

Nez la Revue

Nez la Revue

Nez la revue et Auparfum.com ont joué un rôle essentiel pour diffuser la culture olfactive et la critique parfum, il fallait qu’on en parle !

Pour une contre-culture

Pour une contre-culture

Pas de culture sans contre-culture. C’est du moins la résistance au parfum industriel qu’on souhaite installer, une réflexion pour poser les bases.

Le phénomène Baccarat Rouge

Le phénomène Baccarat Rouge

Baccarat Rouge de Maison Francis Kurkdjian est le phénomène de rue qui a fait suite à Bois d’Argent, on décrypte la légende objectivement…

Rupture en parfumerie

Rupture en parfumerie

Rupture en parfumerie ? Fame, produit robotique de Paco Rabanne, s’oppose au peu de créativité de la résistance en Niche, où en est-on ?

Les liquoreux

Les liquoreux

Les parfums liquoreux nous transcendent depuis nos débuts dans le monde du parfum, on se devait d’en parler, de publier une liste à sentir !

The Night

The Night

The Night de Frédéric Malle a marqué la parfumerie, on se devait d’analyser tout ce qui entoure sa légende, olfactivement, socialement…