Des fleurs blanches, de la Tubéreuse et des hommes…

Ces notes florales qui ont été assimilées aux femmes

Saison 3 – Épisode 29

Écouter le podcast sur les fleurs blanches, la Tubéreuses et les hommes

Une présentation assumée : Misia (qui compare Solar Blossom de Mizensir et Néroli Oranger de Matière Première) et L’Ancien (qui porte Baiser Volé de Cartier) profitent de la sortie de French Flower de Matière Première pour évoquer les fleurs blanches en parfumerie, et surtout la si féminine Tubéreuse, refusée aux hommes.

Donnez de la force à vos gars ! Il nous a fallu 2 espressos et 1 cappuccino pour préparer cet épisode !

Depuis les années 1970/1980 où le marketing de la parfumerie a explosé, la Tubéreuse et les fleurs blanches n’ont été utilisées quasiment que pour les parfums féminins. De même que la Rose a une certaine période n’évoquait que la femme, ces notes florales si belles ont été interdites aux hommes par souci de bien suivre les tendances de compositions.

Parfums fleurs blanches, Fracas de Robert Piguet, la tubéreuse fracassante de Germaine Cellier

Tubéreuse fracassante

Les années 1950 ont été témoins de l’arrivée de Fracas de Robert Piguet. Un parfum à la tubéreuse monumental, réalisé par l’immense Germaine Cellier. Cette œuvre a non seulement frappé de son sceau des générations de femmes parfumées, mais elle a aussi beaucoup contribué à propulser une parfumerie féminine hurlante, toute de fleurs blanches vêtue.

Poison de Dior est d’ailleurs probablement le point d’orgue de cette escalade florale. L’opulence incarnée, signée Édouard Fléchier, a tatoué son époque et à presque interdit la Tubéreuse et autres fleurs du genre à la gente masculine. Particulièrement dans cette période où la Lavande collait de la même manière à la parfumerie masculine.

Toute une époque

Au sortir de cette ère, les fleurs blanches sont restées ancrées d’un seul côté des rayons, excepté pour quelques rares exceptions. Jusqu’à ce nouveau siècle, la Tubéreuse reste donc une note de femme, parfois fatale, parfois garce, parfois distinguée, suivant ce qu’on veut lui faire dire.

La question s’impose donc : et les hommes dans tout ça ?

Tubéreuse et parfums : l'affiche vintage de Poison de Christian Dior

Mais l’Histoire du parfum est toujours en marche. Même si les merdouilles de notre tendre époque nous font parfois douter, on garde souvent espoir en jetant un œil aux vraies productions créatives.

On a eu la chance de connaître une ère où un certain Serge Lutens a parfois frappé du poing sur la table. Accompagné de l’immense Christopher Sheldrake, il a fait montre d’une force créatrice, d’un Art olfactif poussé à son paroxysme. Faisant parfois s’exprimer la Féminité du Bois, mais rendant aussi la Tubéreuse Criminelle. Ce dernier parfum est un coup de maître qui fait entrevoir l’indice du possible. Oui, une Tubéreuse peut-être autre chose, montrer une facette moins femme, sans renier son âme.

Tubéreuse Criminelle de Serge Lutens, les fleurs blanches pour les hommes ?

La Tubéreuse trop loin des hommes ?

Et puis, qu’est-ce qu’un parfum si ce n’est une belle odeur, un beau sillage ? Il faut parfois se rendre loin de l’Occident pour remettre la parfumerie à sa place. Loin du marketing, du bourrage de crâne médiatique et de la publicité lobotomisante, les Africains, les Arabes, ou encore les Indiens, se fichent royalement de toute cette mascarade. Ce qu’on regarde avant tout, c’est le sillage.

Tant que c’est beau, et qui pourrait dire que la Tubéreuse ou les fleurs blanches le ne sont pas, on s’en parfume.

Carnal Flower, La tubéreuse provoc' de Frédéric Malle par Dominique Ropion

Ainsi, même si les plus belles Tubéreuses et nombre de compositions autour des fleurs blanches restent très orientées féminin, on est en droit de se dire « qu’est-ce que j’en ai à foutre » ?!

Le superbe Carnal Flower de Dominique Ropion pour Frédéric Malle présente évidemment toute l’interprétation qu’on pourrait se faire de la garce. Mais pour tout se dire ici, je n’y voit qu’une belle odeur que chacun peut comprendre à sa guise, même si l’on devra, en toute objectivité, devoir slalomer entre les idées toutes faites qu’on nous a implantés dans la tête.

C’est malgré tout la parfumerie de Niche qui a bougé un brin ces codes insupportables. Lutens, puisqu’on a pris cet exemple, a poussé les frontières de ces perceptions. Mais de manière générale, toutes ces marques qui sont restées sur une ligne commerciale non-genrée, ont participé à délivrer l’homme (autant que la femme d’ailleurs) de ses carcans.

Pourquoi donc une femme serait moins femme en portant un Fougère pété de Lavandes ? Pourquoi un homme serait moins viril à porter une belle rose ? Et puis cette Rose n’est-elle pas portée par des hommes bien barbus au Moyen-Orient ?

On est dans le même schéma, la même problématique, avec cette Tubéreuse qu’on veut féminine.

French Flower de Matière Première

Il y a des marques qui se veulent novatrices comme on l’a vu. Matière Première s’inscrit dans cette Niche qui cherche à apporter quelque chose au Parfum. On l’avait vu déjà dans notre interview d’Aurélien Guichard, parfumeur de la Maison, une fragrance autour de la Tubéreuse était à l’étude. De quoi nous titiller, tant la marque a su nous impressionner avec ses premiers lancements.

Ainsi, même si les plus belles Tubéreuses et nombre de compositions autour des fleurs blanches restent très orientées féminin, on est en droit de se dire « qu’est-ce que j’en ai à foutre » ?!

Le superbe Carnal Flower de Dominique Ropion pour Frédéric Malle présente évidemment toute l’interprétation qu’on pourrait se faire de la garce. Mais pour tout se dire ici, je n’y voit qu’une belle odeur que chacun peut comprendre à sa guise, même si l’on devra, en toute objectivité, devoir slalomer entre les idées toutes faites qu’on nous a implantés dans la tête.

C’est malgré tout la parfumerie de Niche qui a bougé un brin ces codes insupportables. Lutens, puisqu’on a pris cet exemple, a poussé les frontières de ces perceptions. Mais de manière générale, toutes ces marques qui sont restées sur une ligne commerciale non-genrée, ont participé à délivrer l’homme (autant que la femme d’ailleurs) de ses carcans.

Pourquoi donc une femme serait moins femme en portant un Fougère pété de Lavandes ? Pourquoi un homme serait moins viril à porter une belle rose ? Et puis cette Rose n’est-elle pas portée par des hommes bien barbus au Moyen-Orient ?

On est dans le même schéma, la même problématique, avec cette Tubéreuse qu’on veut féminine.

Carnal Flower, La tubéreuse provoc' de Frédéric Malle par Dominique Ropion

French Flower de Matière Première

Il y a des marques qui se veulent novatrices comme on l’a vu. Matière Première s’inscrit dans cette Niche qui cherche à apporter quelque chose au Parfum. On l’avait vu déjà dans notre interview d’Aurélien Guichard, parfumeur de la Maison, une fragrance autour de la Tubéreuse était à l’étude. De quoi nous titiller, tant la marque a su nous impressionner avec ses premiers lancements.

French Flower, la belle Tubéreuse de Matière Première

Tubéreuse croquante et lactée

La maison Matière Première s’est donc attaquée à cette mythique fleur, féminine par excellence. Aurélien Guichard s’y attèle en la faisant pousser lui-même, de façon à avoir la plus pure qualité et en en sortant deux types de matières : un absolu et un enfleurage, d’une qualité indiscutable.

Depuis trois ans Matière Première procède donc à l’exploitation de la Tubéreuse dans ses champs vers Grasse. L’utilisation de l’enfleurage, technique très ancienne, abandonnée depuis longtemps et remise au goût du jour, est d’une finesse absolue. Cette technique vient révéler une facette velours, duveteuse, rehaussée à l’aide d’une pointe de Fleur d’oranger. Cette fleur ne sentant qu’en soirée, il s’agit ici pour Aurélien Guichard de reproduire l’odeur d’un champ de Tubéreuses le soir.

Côté compo…

Il a traité celle-ci avec son côté animal et sensuel, l’a assourdie grâce au Gingembre du Nigeria en tête qui vient faire scintiller cette fleur capiteuse. Ce côté épicé modernise la tubéreuse en l’illuminant et en la faisant pétiller.

Arrive ensuite l’huile de feuilles de Thé de Chine qui va donner le côté croquant grâce à cette note de Poire assez présente jusqu’à la fin. La fleur de Tubéreuse va prendre un côté légèrement alimentaire, cette Poire croquante, verte, pas du tout sucrée. Et également, donc, une touche de Fleur d’oranger qui vient magnifier ce côté velours de la Tubéreuse enfleurée.

Cette Tubéreuse a beaucoup de volume au départ, elle est très rémanente, et à une très belle tenue. Son sillage est très classe, fin, légèrement fruité sans tomber dans ce gourmand sucré. Pour une Tubéreuse elle ne prend aucune place façon 80’s.

Tubéreuse lumineuse et câline

On a donc sur peau une tubéreuse très crémeuse, lactée, certains verront un côté Coco, avec un côté fleuri Fleur d’oranger, une Poire croquante dû à la note de Thé. Cette tubéreuse est arrondie sous tous ses angles, aucunement clivante ni criante.

Elle est très lumineuse et câline. Point de Madame ni d’épaulettes, on est bien dans le style minimaliste et moderne de Matière Première.

Un essai transformé que vous pouvez découvrir sur le site de Matière Première. Ça donne espoir et de quoi aborder le printemps de la plus belle manière !

Et vous, les fleurs blanches et la Tubéreuse, vous les verriez sur des hommes ?

Balancez-nous vos impressions !

1 Commentaire

  1. Tibo

    Homme du haut de mes 1m84 pour 82 kg, aujourd’hui j’ose enfin le porter en public, Datura Noir ! On verra bien ce que ça donne 🙂

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Misia, Animatrice / Auteure pour La Parfumerie Podcast

Misia

Auteure / Animatrice

Ne pas sentir comme tout le monde, c’est son créneau.
Elle apprécie de sortir des clichés, bousculer les idées reçues et provoquer la discussion.

Dingue d’olfaction, elle a toujours le nez fourré dans des livres et des sites sur le sujet.

Lire la bio de Misia

L'Ancien, animateur, auteur du podcast Parfum La Parfumerie

L’Ancien

Auteur / Animateur

Il est la voix lugubre de ce podcast, grande gueule qui aime à secouer l’industrie du parfum. Sur ces notes trempées à l’encre noire, on peut distinguer des listes de victimes enterrées de Paris à Oman. L’Ancien est celui que tu aimes détester, c’est cette note de cœur qui te dérange mais qui rend la composition si singulière.

Lire la bio de L’Ancien

La Saison 3 du Podcast Parfum La Parfumerie

Tous les épisodes :

L’impact des classics

L’impact des classics

Classics de la parfumerie : quel est l’impact des grands parfums du passé, en quoi ont-ils nourri les tendances de notre époque ?

Protéger son patrimoine

Protéger son patrimoine

Protéger son patrimoine en parfumerie n’est pas simple. Ceci dit, Pierre Bourdon a peut-être proposé une solution viable pour les marques…

Tenue correcte exigée

Tenue correcte exigée

Tenue, puissance, sillage, sont souvent perçus comme un gage de qualité par la masse. Un calcul qui permet de vendre tout et n’importe quoi.

Des parfums charnières ?

Des parfums charnières ?

Il y a des parfums charnières qui permettent de dépasser nos aprioris sur des matières, des notes qu’on ne supporte pas, de quoi passer le cap de la révulsion…

Propager le vrai parfum

Propager le vrai parfum

Propager le vrai parfum est un devoir qui incombe à celui qui est bien informé. À chacun son cercle d’influence pour agir pour l’olfaction !