Tester un parfum : de l’échantillon au flacon

Écouter le podcast sur le fait de tester un parfum efficacement :

Quelle contenance pour se faire un avis ?

Saison 4 – Épisode 20

Une présentation pensive : Misia (en Bois Farine de l’Artisan Parfumeur) et L’Ancien (en Narcisse Taiji d’Atelier Materi) discutent du temps que prend réellement le fait de tester un parfum, des contenances idéales, des obstacles éventuels et des meilleures conditions pour se faire un avis.

Par L’Ancien.

Donnez de la force à vos gars ! Il nous a fallu 7 ristrettos pour préparer cet épisode !

Tester un parfum, de l'échantillon au flacon...

Savoir choisir

Choisir un parfum, le tester, n’est pas sans piège. Il faut parfois plusieurs échantillons pour éprouver ses sentiments, chaque fragrance étant accompagnée d’une hype qu’on s’est fait dessus. Il faut donc souvent du temps, et donc pas mal de tests pour redescendre sur Terre et avoir une opinion qui sera plus proche de la routine dans laquelle se retrouvera le produit.

Le parfum, on ne le répètera jamais assez, concerne d’odorat, qui se trouve être le sens le plus proche du cerveau. Il est donc un produit ultra réactif au moindre déclencheur conçu dans les laboratoires marketing.

Il faut bien choisir, en somme, et prendre son temps, s’essayer à une certaine auto-psychanalyse pour viser juste et ne pas regretter par la suite. Un parfum qui nous va, doit nous ressembler, faire écho avec nous-mêmes et la vie qu’on mène. N’oublions jamais qu’il fait suite à nos mouvements dans la rue, suite à notre âme.

La maigreur des échantillons

Au-delà de la simple incarnation du foutage de gueule, lorsqu’on nous donne un simple échantillon telle une récompense, c’est surtout le problème de la contenance en elle-même qui pose problème. Frédéric Malle est même le maitre en la matière avec ses suppositoires de 1,2ml.

Tester un parfum demande peut-être de la patience, de ne pas se précipiter pour se décider, mais avec une si maigre fiole comment faire autrement ?

Il faudra donc être un brin vicieux pour aller cueillir d’autres échantillons, chez divers marchands, dans la mesure du possible. Car on ne cêdera pas à la pression recherchée dans cette rareté très volontaire.

Voir son parfum finir

L’un des effets les plus pièges est donc de voir finir le mini format du parfum qu’on essaie et dont on était en train d’apprécier l’expérience. Il est un déclencheur d’achat redoutable, surtout si on le couple avec le petit code promo souvent dispo avec.

Cette sensation de rareté du parfum est quelque chose qui fausse nos jugements et dont on doit faire abstraction autant qu’on peut. Car soit on devra renouveler l’expérience avec une autre fiole, et donc vivre le même effet, soit passer tout bonnement à la caisse prématurément.

L'effet pressant de la fin de l'échantillon lorsqu'on veut tester un parfum

Le format voyage, idéal ?

Le format voyage, contenance idéale des passionnés de parfum ?

Les formats voyage ont le vent en poupe avec l’augmentation des prix à tous les niveaux de l’industrie. Alors qu’il est devenu normal de trouver des références de niche à plus de 300€, les perfumistas et autres consommateurs lambda se dirigent vers les petits flacons de 10/15ml.

C’est en soi une bonne opération pour mieux tester un parfum. Entre huit et dix échantillons contenus en un seul contenant, quoi de mieux ? On pourra éprouver nos sensations sur un plus long terme et moins subir l’effet de fin d’échantillon avant d’avoir un avis plus censé sur le produit en lui-même.

Pack de 3

Il est très intéressant aussi de voir les offres de coffrets voyage qui contiennent parfois trois flacons de 15ml. De plus en plus de marques se lancent, comme c’est le cas par exemple pour Carner.

Les flacons voyage deviennent disponibles un peu partout, Anatole Lebreton, Une Nuit Nomade, L’Artisan Parfumeur, Memo, Roos & Roos, Trudon ou bien sûr Maison Violet, si on fouille bien on devrait trouver. Sans parler de la disponibilité des décantes de parfums souvent trouvables sur le marché Gris (longue vie au Gris !).

Avec les packs de trois, on arrive alors à 45ml pour une fragrance qui peut être des fois vendue en 100ml uniquement, c’est forcément un meilleur calcul pour tester. Il est souvent possible aussi de diviser le pack en trois fragances différentes, un bon calcul lorsque plusieurs parfums d’une même marque nous font de l’œil.

Pour les passionnés, le format voyage est clairement le meilleur plan pour se parfumer à moindre coût. Enfin, pas si l’on calcule le prix au millilitre bien entendu, car le bénéfice des marques à ce niveau est parfois exagéré.

Mais comme disait Anthony Toulmonde dans notre interview de Maison Violet, c’est un bon format pour ceux qui changent souvent de parfum. Le 100ml peut être clairement énorme dans ce cas là.

Sephora s’y met

Avant de banquer à la caisse des Sephora, on propose désormais des “compléments de paniers” surfant sur cette tendance du flacon voyage. Des 15ml sont disponibles à l’achat, en mode pick and go, sur quelques fragrances du moment. On peut donc balancer ça dans son sac pour 35 balles (quand même!) et repartir avec sur un coup d’adrénaline bien pensé en amont.

Le set de miniatures de Carner Barcelona, une belle solution pour tester un parfum.

Tester son parfum dans différents contextes

On en a déjà parlé plusieurs fois mais on va le redire. Il faut tester un parfum dans le plus de configurations possibles, multiplier les contextes opposés, climatiques comme psychologiques. L’importance est liée au fait que le parfum s’exprime et surtout est perçu très différemment en fonction de ce que l’on vit.

En période de chaleur on n’appréciera pas une fragrance de la même façon qu’en plein froid. D’ailleurs, très souvent, on change de types de parfums dans ces moments là. Psychologiquement, c’est pareil. Vivre avec son parfum dans les trajets pour le taf, dans des moments de solitude, en vacances… tout diffère.

Être régulier dans sa manière de tester

Il faut essayer d’avoir une routine dans le nombres de pschitts qu’on applique aux parfums lorsqu’on les essaie. Notre perception pourra être affectée si l’on compare inconsciemment la puissance et le développement entre deux parfums qu’on aurait essayé avec des vaporisations trop différentes.

Il faut aussi se connaître, car en ayant conscience de ses faiblesses, des hypes dans lesquelles on tombe souvent, on aura un bien meilleur contrôle sur notre carte bancaire !

Le vrai flacon, 50 ou 100ml, seule vrai test pour un parfum !

Le passage au flacon, essentiel.

Tous ces pièges inclus dans les tests d’échantillons de petits formats n’auraient pas lieu en s’orientant vers un grand format. On va donc le dire, passer de la petite fiole au parfum boutique n’est en réalité pas une décision finale mais une simple étape.

De la même manière qu’on se doit d’éprouver l’éprouvette dans divers contextes, comme vu plus haut, le 50ml (ou même le 100), est le meilleur test pour savoir si ce parfum est fait pour nous.

On va bien entendu se faire la meilleure idée possible en passant par les échantillons conventionnels au préalable, mais finalement l’achat du vrai flacon est la meilleure manière de vivre avec.

L’aspect packaging et design

L’échantillon ne portera jamais sur lui le vêtement du flacon officiel de la référence testée. Dans beaucoup de cas on s’est vu aimer le parfum et ne pas accepter la bouteille et/ou l’étiquette. On est parfois même “heurté” par le packaging qui enveloppe le tout en l’achetant. Le vrai flacon et son design accompagneront chaque pulvérisation de notre parfum et on doit donc y être réceptif. À l’inverse, il est parfois très difficile d’en faire abstraction, et donc être rebuté par le produit fini.

Casanova…

Voir sa petite dose d’essaie disparaitre, comme dit plus haut, nous pousse à désirer la continuité absolument. C’est un déclencheur d’achat évident et il est souvent suivi d’une amère déception une fois le grand format entre les mains.

Le syndrome de Casanova est clairement ce dont on souffre parfois en recevant notre parfum. On l’a désiré longtemps, on l’a testé sans être vraiment conscient de la hype qui nous aveuglait, puis c’est le drame. À peine ouvert le paquet, on déchante complètement, un pschitt ou deux puis c’est le divorce qui s’entame. Pourquoi ai-je acheté ça ?

L’enfant gâté qui vit en nous a frappé. Posséder ce qu’on désirait marque parfois la fin de l’amour, le conquérant, blasé, tourne le dos à sa conquête…

Syndrome de Casanova et parfum. La déception d'acheter un produit qu'on avait pourtant aimé en échantillon !

Les bons côtés du grand format

Si l’on peut être déçu par des achats hypés, ce malgré de nombreux tests, il y a, à l’inverse, parfois de belles rencontres venues de nul part. Il arrive qu’on achète, qu’on nous offre, ou en tout cas qu’il débarque sur nos étagères, un parfum qu’on a peu apprécié de prime-abord. Mais c’est en le portant, en se forçant un peu la main de temps en temps, que nait un amour pour la fragrance.

C’est souvent avec un grand format que ces choses là arrivent, car on donnera toujours une seconde chance à un flacon auquel on donne une certaine valeur, numéraire ou sentimentale.

Le divorce à l’amiable

Un autre aspect qui survient aussi souvent, c’est le fait de devoir en finir avec une histoire. On a parfois usé un flacon entier, parfois fait même des années ensemble, cohabitant d’un amour vrai, mais tout a une fin. Le flacon suivant pourrait être toxique et on en viendrait à ne plus supporter la fragrance qu’on a pourtant aimer porter tout ce temps. Il faut donc savoir si l’on veut vraiment continuer avant de racheter un parfum.

Savoir choisir

Tester un parfum, de l'échantillon au flacon...

Choisir un parfum, le tester, n’est pas sans piège. Il faut parfois plusieurs échantillons pour éprouver ses sentiments, chaque fragrance étant accompagnée d’une hype qu’on s’est fait dessus. Il faut donc souvent du temps, et donc pas mal de tests pour redescendre sur Terre et avoir une opinion qui sera plus proche de la routine dans laquelle se retrouvera le produit.

Le parfum, on ne le répètera jamais assez, concerne d’odorat, qui se trouve être le sens le plus proche du cerveau. Il est donc un produit ultra réactif au moindre déclencheur conçu dans les laboratoires marketing.

Il faut bien choisir, en somme, et prendre son temps, s’essayer à une certaine auto-psychanalyse pour viser juste et ne pas regretter par la suite. Un parfum qui nous va, doit nous ressembler, faire écho avec nous-mêmes et la vie qu’on mène. N’oublions jamais qu’il fait suite à nos mouvements dans la rue, suite à notre âme.

La maigreur des échantillons

Au-delà de la simple incarnation du foutage de gueule, lorsqu’on nous donne un simple échantillon telle une récompense, c’est surtout le problème de la contenance en elle-même qui pose problème. Frédéric Malle est même le maitre en la matière avec ses suppositoires de 1,2ml.

Tester un parfum demande peut-être de la patience, de ne pas se précipiter pour se décider, mais avec une si maigre fiole comment faire autrement ?

Il faudra donc être un brin vicieux pour aller cueillir d’autres échantillons, chez divers marchands, dans la mesure du possible. Car on ne cêdera pas à la pression recherchée dans cette rareté très volontaire.

L'effet pressant de la fin de l'échantillon lorsqu'on veut tester un parfum

Voir son parfum finir

L’un des effets les plus pièges est donc de voir finir le mini format du parfum qu’on essaie et dont on était en train d’apprécier l’expérience. Il est un déclencheur d’achat redoutable, surtout si on le couple avec le petit code promo souvent dispo avec.

Cette sensation de rareté du parfum est quelque chose qui fausse nos jugements et dont on doit faire abstraction autant qu’on peut. Car soit on devra renouveler l’expérience avec une autre fiole, et donc vivre le même effet, soit passer tout bonnement à la caisse prématurément.

Le format voyage, idéal ?

Le format voyage, contenance idéale des passionnés de parfum ?

Les formats voyage ont le vent en poupe avec l’augmentation des prix à tous les niveaux de l’industrie. Alors qu’il est devenu normal de trouver des références de niche à plus de 300€, les perfumistas et autres consommateurs lambda se dirigent vers les petits flacons de 10/15ml.

C’est en soi une bonne opération pour mieux tester un parfum. Entre huit et dix échantillons contenus en un seul contenant, quoi de mieux ? On pourra éprouver nos sensations sur un plus long terme et moins subir l’effet de fin d’échantillon avant d’avoir un avis plus censé sur le produit en lui-même.

Pack de 3

Il est très intéressant aussi de voir les offres de coffrets voyage qui contiennent parfois trois flacons de 15ml. De plus en plus de marques se lancent, comme c’est le cas par exemple pour Carner.

Les flacons voyage deviennent disponibles un peu partout, Anatole Lebreton, Une Nuit Nomade, L’Artisan Parfumeur, Memo, Roos & Roos, Trudon ou bien sûr Maison Violet, si on fouille bien on devrait trouver. Sans parler de la disponibilité des décantes de parfums souvent trouvables sur le marché Gris (longue vie au Gris !).

Avec les packs de trois, on arrive alors à 45ml pour une fragrance qui peut être des fois vendue en 100ml uniquement, c’est forcément un meilleur calcul pour tester. Il est souvent possible aussi de diviser le pack en trois fragances différentes, un bon calcul lorsque plusieurs parfums d’une même marque nous font de l’œil.

Le set de miniatures de Carner Barcelona, une belle solution pour tester un parfum.

Pour les passionnés, le format voyage est clairement le meilleur plan pour se parfumer à moindre coût. Enfin, pas si l’on calcule le prix au millilitre bien entendu, car le bénéfice des marques à ce niveau est parfois exagéré.

Mais comme disait Anthony Toulmonde dans notre interview de Maison Violet, c’est un bon format pour ceux qui changent souvent de parfum. Le 100ml peut être clairement énorme dans ce cas là.

Sephora s’y met

Avant de banquer à la caisse des Sephora, on propose désormais des “compléments de paniers” surfant sur cette tendance du flacon voyage. Des 15ml sont disponibles à l’achat, en mode pick and go, sur quelques fragrances du moment. On peut donc balancer ça dans son sac pour 35 balles (quand même!) et repartir avec sur un coup d’adrénaline bien pensé en amont.

Tester son parfum dans différents contextes

On en a déjà parlé plusieurs fois mais on va le redire. Il faut tester un parfum dans le plus de configurations possibles, multiplier les contextes opposés, climatiques comme psychologiques. L’importance est liée au fait que le parfum s’exprime et surtout est perçu très différemment en fonction de ce que l’on vit.

En période de chaleur on n’appréciera pas une fragrance de la même façon qu’en plein froid. D’ailleurs, très souvent, on change de types de parfums dans ces moments là. Psychologiquement, c’est pareil. Vivre avec son parfum dans les trajets pour le taf, dans des moments de solitude, en vacances… tout diffère.

Être régulier dans sa manière de tester

Il faut essayer d’avoir une routine dans le nombres de pschitts qu’on applique aux parfums lorsqu’on les essaie. Notre perception pourra être affectée si l’on compare inconsciemment la puissance et le développement entre deux parfums qu’on aurait essayé avec des vaporisations trop différentes.

Il faut aussi se connaître, car en ayant conscience de ses faiblesses, des hypes dans lesquelles on tombe souvent, on aura un bien meilleur contrôle sur notre carte bancaire !

Le passage au flacon, essentiel.

Le vrai flacon, 50 ou 100ml, seule vrai test pour un parfum !

Tous ces pièges inclus dans les tests d’échantillons de petits formats n’auraient pas lieu en s’orientant vers un grand format. On va donc le dire, passer de la petite fiole au parfum boutique n’est en réalité pas une décision finale mais une simple étape.

De la même manière qu’on se doit d’éprouver l’éprouvette dans divers contextes, comme vu plus haut, le 50ml (ou même le 100), est le meilleur test pour savoir si ce parfum est fait pour nous.

On va bien entendu se faire la meilleure idée possible en passant par les échantillons conventionnels au préalable, mais finalement l’achat du vrai flacon est la meilleure manière de vivre avec.

L’aspect packaging et design

L’échantillon ne portera jamais sur lui le vêtement du flacon officiel de la référence testée. Dans beaucoup de cas on s’est vu aimer le parfum et ne pas accepter la bouteille et/ou l’étiquette. On est parfois même “heurté” par le packaging qui enveloppe le tout en l’achetant. Le vrai flacon et son design accompagneront chaque pulvérisation de notre parfum et on doit donc y être réceptif. À l’inverse, il est parfois très difficile d’en faire abstraction, et donc être rebuté par le produit fini.

Casanova…

Voir sa petite dose d’essaie disparaitre, comme dit plus haut, nous pousse à désirer la continuité absolument. C’est un déclencheur d’achat évident et il est souvent suivi d’une amère déception une fois le grand format entre les mains.

Le syndrome de Casanova est clairement ce dont on souffre parfois en recevant notre parfum. On l’a désiré longtemps, on l’a testé sans être vraiment conscient de la hype qui nous aveuglait, puis c’est le drame. À peine ouvert le paquet, on déchante complètement, un pschitt ou deux puis c’est le divorce qui s’entame. Pourquoi ai-je acheté ça ?

Syndrome de Casanova et parfum. La déception d'acheter un produit qu'on avait pourtant aimé en échantillon !

L’enfant gâté qui vit en nous a frappé. Posséder ce qu’on désirait marque parfois la fin de l’amour, le conquérant, blasé, tourne le dos à sa conquête…

Les bons côtés du grand format

Si l’on peut être déçu par des achats hypés, ce malgré de nombreux tests, il y a, à l’inverse, parfois de belles rencontres venues de nul part. Il arrive qu’on achète, qu’on nous offre, ou en tout cas qu’il débarque sur nos étagères, un parfum qu’on a peu apprécié de prime-abord. Mais c’est en le portant, en se forçant un peu la main de temps en temps, que nait un amour pour la fragrance.

C’est souvent avec un grand format que ces choses là arrivent, car on donnera toujours une seconde chance à un flacon auquel on donne une certaine valeur, numéraire ou sentimentale.

Le divorce à l’amiable

Un autre aspect qui survient aussi souvent, c’est le fait de devoir en finir avec une histoire. On a parfois usé un flacon entier, parfois fait même des années ensemble, cohabitant d’un amour vrai, mais tout a une fin. Le flacon suivant pourrait être toxique et on en viendrait à ne plus supporter la fragrance qu’on a pourtant aimer porter tout ce temps. Il faut donc savoir si l’on veut vraiment continuer avant de racheter un parfum.

Et vous, vous testez comment vos parfums ?

Faites profiter le lecteur de votre expérience, lâchez un commentaire !

6 Commentaires

  1. Tibo

    Tu dis aimer Tuscan Leather mais ne pas pouvoir le porter. C’est la même avec Ombre Leather (qui lui ressemble beaucoup) perso.
    J’adore ce parfum mais maintenant j’ai beaucoup de mal à le porter. Ca m’arrive en hiver par températures négatives. Sinon ça m’étouffe, il est envahissant et je le trouve limite agressif…
    Il y a vraiment des parfums qui se portent avec certaines tenues uniquement et/ou par certaines conditions climatiques. Le reste du temps ils ne passent pas.

    Réponse
    • L'Ancien

      Oui c’est ça. Mais pour ma part c’est plus parce que je l’ai trop porté. On devait se quitter, tout simplement.

      Réponse
  2. Crys

    Merci pour votre article! Et super podcast!
    J’ai eu envie de vous écrire car je me retrouve complètement dans cette escalade de test d’échantillons.

    J’ai eu l’effet « je t’aime moi non plus » avec Nuit de Sable de BDK. Détesté au départ sur une touche, j’avais accidentellement trempé mes doigts car le ressort était cassé. Puis, cette odeur opulante m’a éprise et j’ai presque pleuré quand je suis arrivée à la fin de mon 2ml. Testé en pleine canicule, cela représentait bien cette sensation chaude et sablée du moment, pourtant je savais très bien qu’il irait pour ma collection automnale ou hivernale. Et sous l’effet du « y a plus et du bon de réduction » j’ai commandé le grand format! Une fois sur mon étagère, le désir s’est éteint, de la possession est arrivée la déception et le questionnement… mais pourquoi je t’ai acheté toi? Donc je le regarde, il est toujours là, mais je n’arrive pas le porter.

    Depuis, je fais plus attention et je prends vraiment mon temps, mais il faut parfois se faire confiance quand on a un vrai´waouh’ dès les premières secondes. Comme vous le dites, on doit se sentir bien et soi-même avec l’ensemble. Pour moi, le flacon et le nom doivent me plaire autant que le liquide, c’est impératif. L’élégance, la qualité du spray et la prise en main, sans chi-chi et de préférence en transparence pour apercevoir le contenu.

    Un exemple total de mes préjugés, c’est Casamorati et Marly. Je n’aime pas leurs flacons et je n’ai jamais pu tester. C’est peut-être très bien, mais je n’y arrive pas parce que ça ne me ressemble pas.

    Réponse
    • L'Ancien

      C’est vraiment des cas qui arrivent beaucoup mais dont peu ont conscience. Il est très difficile d’échapper à ces effets négatifs !

      Réponse
  3. Marie-Pierre

    Mdci fait un coffret d’échantillons qui n’est “pas cher” par rapport aux prix des grands flacons. Et les échantillons sont des 5ml. En plus la réduction sur le prochain achat n’a pas de date limite. 5ml on teste tranquillement et on n’est pas poussé à l’achat par la date de la réduction.

    Gallivant ne fait pas non plus de date limite pour la réduction après l’achat d’un coffret d’échantillons. Pareil pour Histoires de parfums, je crois.

    C’est plutôt classe, et à souligner.

    Réponse
    • L'Ancien

      Oui et ce sont de bonnes marques en plus de ça, autant en profiter !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’auteur :

L'Ancien, animateur, auteur du podcast Parfum La Parfumerie

L’Ancien

Auteur / Animateur

Il est la voix lugubre de ce podcast, grande gueule qui aime à secouer l’industrie du parfum. Sur ces notes trempées à l’encre noire, on peut distinguer des listes de victimes enterrées de Paris à Oman. L’Ancien est celui que tu aimes détester, c’est cette note de cœur qui te dérange mais qui rend la composition si singulière.

Lire la bio de L’Ancien

La Parfumerie, La Saison 4 du Podcast Parfum 

Tous les épisodes :
Gallivant, from London

Gallivant, from London

Gallivant c’est la petite marque qui ne parle pas mais qui produit du vrai parfum, portable et archi bien foutu, sans prétention ni complexe.

Se forcer à aimer

Se forcer à aimer

Hype : se forcer à aimer un parfum ou une marque, c’est une problématique récurrente qui hante les consommateurs de parfums de nos jours …

Des parfums et des Couleurs

Des parfums et des Couleurs

Mettre des couleurs sur des parfums n’est pas une mince affaire. La team du Nez Insurgé s’y est collée pour lancer une très belle collection !

Les limites du discours

Les limites du discours

Discours Parfumerie : Le storytelling présente certaines limites s’il n’est pas maîtrisé. Face aux clichés et autres dérives, que faire ?

Rendre au Mainstream

Rendre au Mainstream

Parfumerie Mainstream : il y a des marques et des parfums qu’il ne faut pas négliger, ou croire que la Niche est meilleure qu’elles…

5 parcours olfactifs

5 parcours olfactifs

Les parcours olfactifs dépendent des contextes et de la culture de chacun, La Parfumerie Podcast dresse 5 profils différents à découvrir.