L’artisanat, nouveau luxe en parfumerie ?

Des indépendants émergent et se défont de l’industrie

Pendant que de nombreuses marques prônent une indépendance relative, certaines maisons vont jusqu’au bout. Un artisanat parfum décomplexé qui apparait aujourd’hui comme le vrai luxe, loin du bluff industriel.

Saison 5 – Épisode 11

Écouter le podcast sur l’artisanat en parfumerie

L'artisanat, nouveau luxe en parfumerie ?

par La Parfumerie Podcast

Une présentation débrouillarde : L’Ancien (en Eau des rêves d’Ofumum) et Le Zen (en Tabac Tabou de Parfum d’Empire) parlent de l’émergence des marques indépendantes qui s’orientent vers un artisanat réel, loin des sentiers conventionnels de l’industrie.

Par L’Ancien.

Artisanat, nouveau luxe en parfumerie

Retour aux pyramides

Lorsqu’on parle de luxe en 2023, on pense directement aux acteurs majeurs de la catégorie qu’on nous a imposés via le marketing. Un martèlement qui dure depuis des années, qui nous présente Louis Vuitton, Chanel, Dior, Hermès, Gucci et j’en passe…

Mais le luxe c’est à la base une excellence, un savoir-faire et des matériaux nobles, loin donc des productions industrielles telles que les pratiquent la plupart des ces enseignes. À l’heure où de nombreux consommateurs prennent conscience de ce qu’ils achètent, s’orientant vers une meilleure qualité en matière de nourriture par exemple, des marques tenues par des passionnés, des gens qui veulent présenter une excellence réelle, apparaissent à l’horizon. Un retour à l’artisanat.

Le temps c’est de l’or

L’industrie est bien sûr une machine de guerre qui bénéficie de moyens colossaux, lui permettant de vendre toujours plus, et même de proposer une certaine qualité de produit. Mais là où elle gagne du temps grâce à ses immenses usines, les artisans évitent de s’industrialiser et transforment en or ce temps dont ils disposent justement.

Donnez de la force à vos gars ! Il nous a fallu 4 triple espressos très fachés pour préparer cet épisode !

Là où l’économie de temps est réellement de l’argent pour les grands groupes, les indépendants du type artisan transforment ce temps précieux en or. Des laboratoires indépendants, par exemple, auront une énorme pression en moins et pourront créer beaucoup plus librement, sans l’encombrement d’une direction artistique axée sur le marketing. Sans parler bien sûr du choix de pouvoir dire “non”.

Il en est de même donc pour une petite marque qui fera naître les parfums qu’elle veut, des compositions qui lui ressemblent. Elle est libre de tomber dans l’expérimental, d’aller vers le crossover, elle fait ce qu’elle veut !

L’indépendance de l’artisanat

Les maisons indépendantes le sont-elles tant que ça finalement ? Les fournisseurs sont toujours les mêmes, important leurs matières premières des mêmes sources, et on peut aller du flaconnage à certains labos qui sont ultra sollicités par le secteur.

On est indépendant financièrement, oui, mais dans l’assemblage de notre création on ne l’est pas autant que ça.

Il y a donc ces petites marques qui s’axent sur les matières premières en se sourçant elles-mêmes, sur la création en composant elles-mêmes leurs parfums, etc. D’autres préfèrent s’affranchir des conditionneurs, par exemple.

L’indépendance c’est avoir le choix

On trouvera bien souvent beaucoup de créativité chez ces maisons, même si le terrain nous prouve que ça n’est pas une vérité toute faite.

Indépendance et parfumerie artisanale

Il manque parfois l’expérience et le professionnalisme qui font la force des grandes marques, tant les équipes sont compétentes et aguerries. C’est là le profil de marques indépendantes comme Les Eaux Primordiales, qui malgré les efforts et l’autonomie indéniable, ne produisent pas de parfums qui soient aussi intéressant que leur modèle.

Une critique qui n’engage que nous, les jus ne sont pas merdique il faut le dire, on espérait juste trouver de l’originalité et du parfum sérieux. Ça viendra avec une meilleure direction artistique, probablement.

Parfum Indie

De luxe à Indie

Quand un parfum de Sephora, foireux comme Boss Bottled Elixir, atteint les 150€, il faut proposer quelque chose de très concret en retour en tant qu’indé. Le prix n’est plus un argument aujourd’hui lorsqu’on affiche 110€ les 100ml, comme on l’a vu dans notre Newsletter.

La plupart des consommateurs n’ont aucune idée de ce à quoi sent la parfumerie de niche. Si c’est pour faire dans le mainstream ou l’ultra conventionnel, l’aura des grands bouffera cette maigre concurrence sans effort.

La force de l’artisanat

Être un artisan, produire ce qu’on veut comme on veut, permet d’être soi-même avant tout, sans se voir dicter une feuille de route. Et même si on tombe parfois dans la mélasse la plus inintelligible, on voit pousser des marques qui tiennent à produire du vrai bon parfum. On en parlera avec un certain plaisir dans les épisodes à venir.

L’Art n’a pas d’œillères, il n’y a pas d’exception olfactive et de nombreuses enseignes le savent. Le moment est enfin venu et nombre d’entre elles font le pas, en s’adaptant, en communiquant suffisamment pour qu’on découvre leur travaux.

Dans “artisan” il y a “art”

L’artiste maitrise son œuvre tant qu’il crée. L’acte de mise en vente met un arrêt au processus artistique, comme on l’a déjà vu. L’artisan a cette capacité de maitriser son produit au delà du simple processus créatif, jusqu’au point de vente en lui-même dans certains cas.

Lorsqu’on véhicule une identité particulière, une idée du parfum, il est important d’immerger sa clientèle dans une atmosphère qui s’y prête. On prolonge ici le parfum, on propose notre monde à plus grande échelle.

La tech au service de l’artisanat

Avec l’avènement de l’internet et particulièrement de l’internet mobile, les artisans se retrouvent sur bien des points à armes égales avec les grosses écuries. Ils peuvent faire connaître leur univers à travers l’univers avec une efficacité certaine, pour peut qu’ils sachent s’entourer. L’artisan n’est plus perdu dans sa campagne ou son atelier à se faire étouffer par le supermarché qui emménage en face. Avec une communication un brin virale, le tour est joué.

Car aujourd’hui le consommateur a la boutique et son portefeuille en poche. D’une simple navigation, assis dans le bus, il peut visiter une dizaine de boutiques en quelques minutes. D’une simple empreinte digitale il peut payer ce qui a fait vibrer son cœur.

Il n’y a donc plus un réel besoin de créer de multiples points de vente à travers le pays, même si évidemment l’expérience ne sera jamais la même pour le visiteur. Internet, la tech, les analytics et ou encore le marketing digital, permettent aux petits indépendants de se faire une place sans complexe, de vendre et de vivre sans avoir à sacrifier le produit. C’est ça le vrai luxe. Vendre des produits entiers, des compositions non aseptisées pour le public. On ne vend pas de parfums créés selon une tendance et les codes en vigueur du goût, on crée SON parfum et la com’ s’occupe de trouver celui le client qui matche.

La technologie sert l'artisanat et l'indépendance

Là où l’économie de temps est réellement de l’argent pour les grands groupes, les indépendants du type artisan transforment ce temps précieux en or. Des laboratoires indépendants, par exemple, auront une énorme pression en moins et pourront créer beaucoup plus librement, sans l’encombrement d’une direction artistique axée sur le marketing. Sans parler bien sûr du choix de pouvoir dire “non”.

Il en est de même donc pour une petite marque qui fera naître les parfums qu’elle veut, des compositions qui lui ressemblent. Elle est libre de tomber dans l’expérimental, d’aller vers le crossover, elle fait ce qu’elle veut !

L’indépendance de l’artisanat

Indépendance et parfumerie artisanale

Les maisons indépendantes le sont-elles tant que ça finalement ? Les fournisseurs sont toujours les mêmes, important leurs matières premières des mêmes sources, et on peut aller du flaconnage à certains labos qui sont ultra sollicités par le secteur.

On est indépendant financièrement, oui, mais dans l’assemblage de notre création on ne l’est pas autant que ça.

Il y a donc ces petites marques qui s’axent sur les matières premières en se sourçant elles-mêmes, sur la création en composant elles-mêmes leurs parfums, etc. D’autres préfèrent s’affranchir des conditionneurs, par exemple.

L’indépendance c’est avoir le choix

On trouvera bien souvent beaucoup de créativité chez ces maisons, même si le terrain nous prouve que ça n’est pas une vérité toute faite. Il manque parfois l’expérience et le professionnalisme qui font la force des grandes marques, tant les équipes sont compétentes et aguerries. C’est là le profil de marques indépendantes comme Les Eaux Primordiales, qui malgré les efforts et l’autonomie indéniable, ne produisent pas de parfums qui soient aussi intéressant que leur modèle.

Une critique qui n’engage que nous, les jus ne sont pas merdique il faut le dire, on espérait juste trouver de l’originalité et du parfum sérieux. Ça viendra avec une meilleure direction artistique, probablement.

De luxe à Indie

Parfum Indie

Quand un parfum de Sephora, foireux comme Boss Bottled Elixir, atteint les 150€, il faut proposer quelque chose de très concret en retour en tant qu’indé. Le prix n’est plus un argument aujourd’hui lorsqu’on affiche 110€ les 100ml, comme on l’a vu dans notre Newsletter.

La plupart des consommateurs n’ont aucune idée de ce à quoi sent la parfumerie de niche. Si c’est pour faire dans le mainstream ou l’ultra conventionnel, l’aura des grands bouffera cette maigre concurrence sans effort.

La force de l’artisanat

Être un artisan, produire ce qu’on veut comme on veut, permet d’être soi-même avant tout, sans se voir dicter une feuille de route. Et même si on tombe parfois dans la mélasse la plus inintelligible, on voit pousser des marques qui tiennent à produire du vrai bon parfum. On en parlera avec un certain plaisir dans les épisodes à venir.

L’Art n’a pas d’œillères, il n’y a pas d’exception olfactive et de nombreuses enseignes le savent. Le moment est enfin venu et nombre d’entre elles font le pas, en s’adaptant, en communiquant suffisamment pour qu’on découvre leur travaux.

Dans “artisan” il y a “art”

L’artiste maitrise son œuvre tant qu’il crée. L’acte de mise en vente met un arrêt au processus artistique, comme on l’a déjà vu. L’artisan a cette capacité de maitriser son produit au delà du simple processus créatif, jusqu’au point de vente en lui-même dans certains cas.

Lorsqu’on véhicule une identité particulière, une idée du parfum, il est important d’immerger sa clientèle dans une atmosphère qui s’y prête. On prolonge ici le parfum, on propose notre monde à plus grande échelle.

La tech au service de l’artisanat

La technologie sert l'artisanat et l'indépendance

Avec l’avènement de l’internet et particulièrement de l’internet mobile, les artisans se retrouvent sur bien des points à armes égales avec les grosses écuries. Ils peuvent faire connaître leur univers à travers l’univers avec une efficacité certaine, pour peut qu’ils sachent s’entourer. L’artisan n’est plus perdu dans sa campagne ou son atelier à se faire étouffer par le supermarché qui emménage en face. Avec une communication un brin virale, le tour est joué.

Car aujourd’hui le consommateur a la boutique et son portefeuille en poche. D’une simple navigation, assis dans le bus, il peut visiter une dizaine de boutiques en quelques minutes. D’une simple empreinte digitale il peut payer ce qui a fait vibrer son cœur.

Il n’y a donc plus un réel besoin de créer de multiples points de vente à travers le pays, même si évidemment l’expérience ne sera jamais la même pour le visiteur. Internet, la tech, les analytics et ou encore le marketing digital, permettent aux petits indépendants de se faire une place sans complexe, de vendre et de vivre sans avoir à sacrifier le produit. C’est ça le vrai luxe. Vendre des produits entiers, des compositions non aseptisées pour le public. On ne vend pas de parfums créés selon une tendance et les codes en vigueur du goût, on crée SON parfum et la com’ s’occupe de trouver celui le client qui matche.

Et vous, vous voyez comment cet artisanat en parfumerie ?

Faites profiter le lecteur de votre expérience, lâchez un commentaire !

1 Commentaire

  1. Henri

    Andy Tauer correspond parfaitement à a thématique

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’auteur :

L'Ancien, animateur, auteur du podcast Parfum La Parfumerie

L’Ancien

Auteur / Animateur

Il est la voix lugubre de ce podcast, grande gueule qui aime à secouer l’industrie du parfum. Sur ces notes trempées à l’encre noire, on peut distinguer des listes de victimes enterrées de Paris à Oman. L’Ancien est celui que tu aimes détester, c’est cette note de cœur qui te dérange mais qui rend la composition si singulière.

Lire la bio de L’Ancien

La Parfumerie, La Saison 5 du Podcast Parfum 

Tous les épisodes :

Mancera / Montale

Mancera / Montale

Montale et Mancera ont inondé la rue via les influenceurs et le marché gris. Le constat olfactif est affligeant, on fait un tour d’horizon…

Bricolage et originalité

Bricolage et originalité

De nombreuses marques de parfumerie de Niche sont obligées de composer avec un budget serré, elles jouent aux Lego pour leur packaging…

StrangeLove NYC

StrangeLove NYC

StrangeLove NYC est une marque crée par Christophe Laudamiel qui s’est surtout illustrée par ses prix délirants, on donne un avis clair !

Ofumum : Toucher le parfum

Ofumum : Toucher le parfum

Ofumum, superbe marque indépendante, propose un lien entre le toucher et l’odorat, entre les matières nobles, une expérience sublime…

Le monument Serge Lutens

Le monument Serge Lutens

Serge Lutens est un personnage sombre et intriguant, mais il nomme surtout une marque monument de la parfumerie. Personnalité, Art, tout y est !

Quelques pépites…

Quelques pépites…

Des parfums en mode “perfect”, il y en a beaucoup qui nous ont marqués. On a sélectionné 6 pépites qui nous ont vraiment touchés.