Viole Nere – Meo Fusciuni

Avis Parfum

Viole Nere, parfum lancé en 2023. Composé par Giuseppe Imprezzabile | Floral Chypré.

Et si Viole Nere était la grande surprise de cette fin d’année 2023 ? Celle qui vient rebattre les cartes des grandes références sorties cette année et venir, in-extremis, jouer le trouble-fête du prochain Ball-
Trap ?

Écouter notre avis sur Viole Nere de Meo Fusciuni

Viole Nere Meo Fusciuni

Votre avis compte !

Donnez votre avis sur Viole Nere par Meo Fusciuni :

Cliquez pour donner votre note !
[Total: 6 Average: 4.5]

Je donne mon avis

Faites-nous part de votre expérience avec ce parfum, chaque anecdote est un conseil !

Donnez de la force à vos gars ! Il a fallu à Fun 1 espresso bien sombre pour réaliser cet avis !

Présentation et Article : Fun

Une violette dans le noir…

Lorsque j’ai appris que Meo Fusciuni sortirait “une violette”, je ne pouvais contenir mon impatience et ma joie que je voyais déjà comme légitimes. Maison encore trop peu connue du grand public, comme, d’ailleurs, des amateurs de parfums de niche, je devinais déjà que cette violette allait m’embarquer dans un univers à la fois sombre et affecté, deux atmosphères chères au créateur auxquelles je souscris et que j’aime explorer dans toutes formes d’art.

J’en suis revenu bouleversé, ému, transformé.

Nombreux sont les éloges écrits à l’endroit de Meo Fusciuni par nos soins, mais trop rares sont encore les passionnés qui n’ont jamais senti une seule référence de la maison ; et quand j’apprends qu’à Paris, aucun distributeur, aucun commerce ne propose une seule de ces références sur ses étales, je me dis qu’il y a un problème qui se doit d’être réparé très rapidement.

L’hommage

Giuseppe Imprezzabile a voulu, selon ses mots :

“rendre hommage à cette fleur qui pousse dans son jardin et qui symbolise la fin de l’hiver et le début du printemps”.

Viole Nere Meo Fusciuni
Viole Nere Meo Fusciuni, une violette unique en parfumerie par Giuseppe Imprezzabile.

Nul doute que le papa de Little Song et de Encore du Temps est empreint d’une sensibilité à fleur de peau que le parfum traduit à merveille à travers tout le long du récit olfactif ; et c’est probablement quelque part entre ces deux mots qui suivent, que toute la douce et belle tristesse émanant de ce chef d’œuvre pourrait être résumée : la nostalgie mélancolique.

Le déroulement sublime de Viole Nere

Dès les premières secondes, j’ai compris que j’avais sous le nez un parfum qui serait unique, qui ne se réclamerait d’aucun autre, mais que pourtant, dans ses veines, coulerait un héritage immense duquel les plus grandes créations se matérialisent et finissent désormais par faire loi.

En introduction, la graine d’ambrette aldéhyde, rosifie la tête, et lui confère un panache qu’on devine déjà en demi-teinte. Quelques agrumes, de la framboise, lui emboîtent le pas et font s’envoler cette lumière aveuglante, comme le soleil dans son équinoxe printanier, reprenant toute sa place dans son ciel laissé vide en hiver.

Un iris absolument gigantesque, d’une qualité renversante, poudré à souhait, et mêlé à une feuille de violette terreuse avec des notes de muguet, cosmétisent tout le tableau et l’assombrissent : les matières utilisées dans ce parfum sont folles !

De la rose, du jasmin, et voici la traditionnelle structure chyprée qui pointe le bout de son nez d’où s’ajoute une sublime et longue impression chocolatée sans pour autant jamais tomber dans un aspect gourmand-sucré. La scintillante ouverture poursuit lentement sa mue et embarque maintenant dans son récit des chemins noirs s’adressant directement à l’âme.

Un fond mousse de chêne, patchouli, santal, vanille et un trace de matière animale ferme l’histoire unique de ce sous-bois, qui continue de nous émouvoir toute la journée et nous fait la démonstration que les chyprés à belles matières ont encore des choses à proposer en 2023. Cela fait un bien fou et donne de l’espoir.

Meo Fusciuni en mode mainstream ?

Viole Nere convoque plusieurs grandes figures chyprées des années quatre-vingt où l’exubérance était assumée dans des compositions puissantes et opulentes, mais sans pour autant s’y soumettre totalement : c’est une prosopopée suggérée des grands mainstream que sont Magie Noire de Lancôme, Diva d’Emanuel Ungaro et le fond de Coco de Chanel. Rien que cela. Ajoutons qu’il évoque également la tête de Le Cri et le cœur d’Equistrius, tous deux chez Parfum d’Empire.

Viole Nere de Meo Fusciuni, le flacon et la boite

Une violette dans le noir…

Viole Nere Meo Fusciuni

Lorsque j’ai appris que Meo Fusciuni sortirait “une violette”, je ne pouvais contenir mon impatience et ma joie que je voyais déjà comme légitimes. Maison encore trop peu connue du grand public, comme, d’ailleurs, des amateurs de parfums de niche, je devinais déjà que cette violette allait m’embarquer dans un univers à la fois sombre et affecté, deux atmosphères chères au créateur auxquelles je souscris et que j’aime explorer dans toutes formes d’art.

J’en suis revenu bouleversé, ému, transformé.

Nombreux sont les éloges écrits à l’endroit de Meo Fusciuni par nos soins, mais trop rares sont encore les passionnés qui n’ont jamais senti une seule référence de la maison ; et quand j’apprends qu’à Paris, aucun distributeur, aucun commerce ne propose une seule de ces références sur ses étales, je me dis qu’il y a un problème qui se doit d’être réparé très rapidement.

L’hommage

Giuseppe Imprezzabile a voulu, selon ses mots :

“rendre hommage à cette fleur qui pousse dans son jardin et qui symbolise la fin de l’hiver et le début du printemps”.

Nul doute que le papa de Little Song et de Encore du Temps est empreint d’une sensibilité à fleur de peau que le parfum traduit à merveille à travers tout le long du récit olfactif ; et c’est probablement quelque part entre ces deux mots qui suivent, que toute la douce et belle tristesse émanant de ce chef d’œuvre pourrait être résumée : la nostalgie mélancolique.

Le déroulement sublime de Viole Nere

Viole Nere Meo Fusciuni, une violette unique en parfumerie par Giuseppe Imprezzabile.

Dès les premières secondes, j’ai compris que j’avais sous le nez un parfum qui serait unique, qui ne se réclamerait d’aucun autre, mais que pourtant, dans ses veines, coulerait un héritage immense duquel les plus grandes créations se matérialisent et finissent désormais par faire loi.

En introduction, la graine d’ambrette aldéhyde, rosifie la tête, et lui confère un panache qu’on devine déjà en demi-teinte. Quelques agrumes, de la framboise, lui emboîtent le pas et font s’envoler cette lumière aveuglante, comme le soleil dans son équinoxe printanier, reprenant toute sa place dans son ciel laissé vide en hiver.

Un iris absolument gigantesque, d’une qualité renversante, poudré à souhait, et mêlé à une feuille de violette terreuse avec des notes de muguet, cosmétisent tout le tableau et l’assombrissent : les matières utilisées dans ce parfum sont folles !

De la rose, du jasmin, et voici la traditionnelle structure chyprée qui pointe le bout de son nez d’où s’ajoute une sublime et longue impression chocolatée sans pour autant jamais tomber dans un aspect gourmand-sucré. La scintillante ouverture poursuit lentement sa mue et embarque maintenant dans son récit des chemins noirs s’adressant directement à l’âme.

Un fond mousse de chêne, patchouli, santal, vanille et un trace de matière animale ferme l’histoire unique de ce sous-bois, qui continue de nous émouvoir toute la journée et nous fait la démonstration que les chyprés à belles matières ont encore des choses à proposer en 2023. Cela fait un bien fou et donne de l’espoir.

Meo Fusciuni en mode mainstream ?

Viole Nere de Meo Fusciuni, le flacon et la boite

Viole Nere convoque plusieurs grandes figures chyprées des années quatre-vingt où l’exubérance était assumée dans des compositions puissantes et opulentes, mais sans pour autant s’y soumettre totalement : c’est une prosopopée suggérée des grands mainstream que sont Magie Noire de Lancôme, Diva d’Emanuel Ungaro et le fond de Coco de Chanel. Rien que cela. Ajoutons qu’il évoque également la tête de Le Cri et le cœur d’Equistrius, tous deux chez Parfum d’Empire.

Notre avis sur Viole Nere de Meo Fusciuni

Sa persistance est exceptionnelle, son sillage équilibré et son charme unique feront de ce parfum une immensité qui marquera l’histoire. Oui, Viole Nere est un chef d’œuvre. Merci Monsieur Imprezzabile.

Viole Nere est vendu sous un unique format de 100ml, dans une concentration en Extrait de Parfum au prix de 220€.

Alors, Viole Nere de Meo Fusciuni vous avez pu sentir ?

Faites profiter le lecteur de votre expérience, lâchez un commentaire !

2 Commentaires

  1. Clement

    Ce parfum est une splendeur , je suis très heureuse que vous l’ayez mis a l’honneur en cette fin d’année il le mérite amplement.
    Vous pouvez également le trouver a Luxembourg chez Parfumerie Françoise City Concorde
    Nous proposons toute la collection de Meo Fusciuni …Après les avoir découverts je ne pouvais que les proposer a nos clients luxembourgeois , car trop peu propose ces merveilleuses compositions.

    Réponse
  2. Tibo

    Apres Luce et Little Song, je découvre donc aujourd’hui Encore du temps, Narcotico, et ce Viole Nere…
    Je vais juste me contenter de dire que ce sont tous des chefs d’oeuvre et vous inciter à découvrir cette maison.
    Je ne comprends pas pourquoi cette marque n’est pas plus connue.
    Encore du temps… c’est quoi cette folie serieux ? Ca sent simplement super beau.
    Narcotico… si j’etais un vampire je voudrais ce parfum étonnant, flippant ? et sombre !
    Viole Nere, si t’aimes l’Iris c’est une claque assurée.
    Mais ce Narcotico… ça fait vraiment ambiance sous sol d’une église où se cache quelque chose de flippant…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’auteur :

Fun : Auteur, animateur de La Parfumerie Podcast

Fun

Auteur / Animateur

Sentir sérieusement sans jamais se prendre au sérieux ; chez lui, la pulsion automatique de mettre des mots sur ses sensations lui donnera toujours des histoires à se raconter, à nous raconter.

Voir la bio de Fun

La Parfumerie ne mâche pas ses mots dans ses avis Parfum

La sale équipe donne son avis sur les différentes références parfumées, nouveautés et anciennetés, du Mainstream, de la parfumerie de niche et du luxe, sans concession aucune, pour orienter l’acheteur ou tout simplement pour cracher le morceau.

Accento – Xerjoff

Accento – Xerjoff

Accento de Xerjoff, de la soupe de sucre calibrée pour l’asphyxie, une superbe recette bien Pop Niche qu’il vaut mieux éviter…

Eau Capitale – Diptyque

Eau Capitale – Diptyque

Eau Capitale est un des parfums récents de Diptyque qui nous a vraiment conquis, une compo entière, belle et prenante signée par le regretté Olivier Pescheux.

Arabie – Serge Lutens

Arabie – Serge Lutens

Arabie est un des classiques de Serge Lutens, il en a l’ADN type. Ce parfum invite au voyage dans une région du monde qu’il a tant exploré…

Un été – Obvious

Un été – Obvious

Un été par Obvious n’est pas un parfum “summer time” mais plutôt un souvenir qui l’évoque. Une ambiance crème solaire, propre et sans erreur.