Tam Dao – Diptyque

Avis Parfum

Tam Dao (eau de toilette), parfum lancé en 2003. Composé par Daniel Molière | Floral Boisé.

En 2003 Diptyque sortait Tam Dao, une Eau de Toilette boisée qui allait marquer la parfumerie, avec un Santal qui deviendra vite un des incontournables du genre.

Écouter notre avis sur Tam Dao de Diptyque

Tam Dao Diptyque Eau de Toilette

Votre avis compte !

Donnez votre avis sur Tam Dao par Diptyque :

Cliquez pour donner votre note !
[Total: 6 Average: 4.5]

Je donne mon avis

Faites-nous part de votre expérience avec ce parfum, chaque anecdote est un conseil !

Donnez de la force à vos gars ! Il a fallu à Fun 2 cafés noirs pour réaliser cet avis !

Présentation et Article : Fun

Le sens du bois

Je dois vous faire une confidence. Pendant très longtemps, et dés le début de mon cheminement olfactif, je ne savais pas ce qu’était le santal. Ou plutôt, je ne savais pas comment il s’exprimait, comment il se comportait dans un parfum. Oh, j’ai pourtant été très vite et très tôt confronté à ses effluves chauds, jasminés et ambrés dans Samsara de Guerlain porté par ma mère de nombreuses fois, mais aussi dans une direction épicée, balsamique et baumée apportée par Égoïste de Chanel, sorti un an après, et porté par un oncle dont le tempérament n’était pas éponymement compatible avec cette deuxième peau.

Le temps a passé, de nouvelles curiosités sont apparues, et le santal est resté hors de mon nez. Mes parfums boisés s’appelaient alors Vétiver de Guerlain, Fille en aiguilles de Serge Lutens, Hinoki de chez Comme des Garçons ou Dzonghkha chez L’Artisan Parfumeur. Bref, un parfum boisé devait avoir une colonne vertébrale verticale uniquement faite de terpènes arrachés aux pinèdes, d’accents aromatiques froids de cyprès, de camphre, de cèdre, de l’encens, de la terre, de la mousse, du minéral.

Et puis un beau jour, je tombe sur ce qui m’apparait comme un OVNI olfactif : Tam Dao ou l’incarnation (selon mes désirs et mes connaissances de l’époque) de l’atmosphère antinomique par excellence où tout, sur le papier, m’apparaissait comme contradictoire et incompatible.

Tam Dao Diptyque

Comment ? Des notes aromatiques et résineuses de cyprès et de myrte peuvent être compatibles avec le fond chaud, lacté, crémeux, gras et rond du santal ? Et qu’une facette cédrée, sèche et poussiéreuse, peut jouer les trouble-fêtes au point de devenir importante à pratiquement voler la vedette de la reine de Mysore ? Mieux, accentuer et souligner le fond santalé pour lui offrir un caractère singulier et cohérent ?

Le Bois de Santal, matière première sublime et lactée

Tam Dao, une vue du Viêt-Nam par Diptyque

Tam Dao, sorti en 2003 en version eau de toilette, inspiré par un voyage effectué par Yves Coueslant (l’un des créateurs de Diptyque) dans le parc national du même nom au Viêt-Nam et concrétisé par Daniel Molière, est encore aujourd’hui considéré comme l’un des plus beaux et intriguant santal du marché.

Bois de jungle…

L’image d’une jungle dense, moite, où se côtoie l’ombre projetée par un épais nuage végétal dans un vert kaléidoscopique, totalisant ; et la lumière, transperçant par endroits quelques feuilles de la canopée, tapisse de ses rayons le terrain brun devenu soudainement rouge d’Andrinople. Toutes les facettes s’imbriquent entre elles dans une aventure tropicale où se mêle, tour à tour, la chaleur, la fraicheur, le doux, le sec, le maquis, la forêt, le sombre, le clair. Tam Dao serait un boisé “bénin” capable de plaire à toutes personnes rechignant à se parer de cette grande famille boisée jugée pendant longtemps trop masculine, trop testostéronée, peu complexe. Il aura fallu attendre Féminité du bois chez Shiseido en 1992 pour décomplexer, dégenrifier les boisés (parfum avec lequel Tam Dao partage énormément de facettes !) Il n’y a pas de hasard dans la vie, juste des rendez-vous.

Plus récemment, c’est Abîme chez Maison Violet qui reprend un peu la même structure que Tam Dao – dans sa version eau de parfum, cette fois – en choisissant de pousser le cœur aromatique et l’orienter vers un accord plus fougère.

Quoi qu’il en soit Tam Dao continue de trouver encore aujourd’hui un public pour le porter et de nous délivrer son puissant message mystique sur le temporel et le spirituel dans une aura mystérieusement confortable.

Le sens du bois

Tam Dao Diptyque

Je dois vous faire une confidence. Pendant très longtemps, et dés le début de mon cheminement olfactif, je ne savais pas ce qu’était le santal. Ou plutôt, je ne savais pas comment il s’exprimait, comment il se comportait dans un parfum. Oh, j’ai pourtant été très vite et très tôt confronté à ses effluves chauds, jasminés et ambrés dans Samsara de Guerlain porté par ma mère de nombreuses fois, mais aussi dans une direction épicée, balsamique et baumée apportée par Égoïste de Chanel, sorti un an après, et porté par un oncle dont le tempérament n’était pas éponymement compatible avec cette deuxième peau.

Le temps a passé, de nouvelles curiosités sont apparues, et le santal est resté hors de mon nez. Mes parfums boisés s’appelaient alors Vétiver de Guerlain, Fille en aiguilles de Serge Lutens, Hinoki de chez Comme des Garçons ou Dzonghkha chez L’Artisan Parfumeur. Bref, un parfum boisé devait avoir une colonne vertébrale verticale uniquement faite de terpènes arrachés aux pinèdes, d’accents aromatiques froids de cyprès, de camphre, de cèdre, de l’encens, de la terre, de la mousse, du minéral.

Et puis un beau jour, je tombe sur ce qui m’apparait comme un OVNI olfactif : Tam Dao ou l’incarnation (selon mes désirs et mes connaissances de l’époque) de l’atmosphère antinomique par excellence où tout, sur le papier, m’apparaissait comme contradictoire et incompatible.

Comment ? Des notes aromatiques et résineuses de cyprès et de myrte peuvent être compatibles avec le fond chaud, lacté, crémeux, gras et rond du santal ? Et qu’une facette cédrée, sèche et poussiéreuse, peut jouer les trouble-fêtes au point de devenir importante à pratiquement voler la vedette de la reine de Mysore ? Mieux, accentuer et souligner le fond santalé pour lui offrir un caractère singulier et cohérent ?

Tam Dao, une vue du Viêt-Nam par Diptyque

Le Bois de Santal, matière première sublime et lactée

Tam Dao, sorti en 2003 en version eau de toilette, inspiré par un voyage effectué par Yves Coueslant (l’un des créateurs de Diptyque) dans le parc national du même nom au Viêt-Nam et concrétisé par Daniel Molière, est encore aujourd’hui considéré comme l’un des plus beaux et intriguant santal du marché.

Bois de jungle…

L’image d’une jungle dense, moite, où se côtoie l’ombre projetée par un épais nuage végétal dans un vert kaléidoscopique, totalisant ; et la lumière, transperçant par endroits quelques feuilles de la canopée, tapisse de ses rayons le terrain brun devenu soudainement rouge d’Andrinople. Toutes les facettes s’imbriquent entre elles dans une aventure tropicale où se mêle, tour à tour, la chaleur, la fraicheur, le doux, le sec, le maquis, la forêt, le sombre, le clair. Tam Dao serait un boisé “bénin” capable de plaire à toutes personnes rechignant à se parer de cette grande famille boisée jugée pendant longtemps trop masculine, trop testostéronée, peu complexe. Il aura fallu attendre Féminité du bois chez Shiseido en 1992 pour décomplexer, dégenrifier les boisés (parfum avec lequel Tam Dao partage énormément de facettes !) Il n’y a pas de hasard dans la vie, juste des rendez-vous.

Plus récemment, c’est Abîme chez Maison Violet qui reprend un peu la même structure que Tam Dao – dans sa version eau de parfum, cette fois – en choisissant de pousser le cœur aromatique et l’orienter vers un accord plus fougère.

Quoi qu’il en soit Tam Dao continue de trouver encore aujourd’hui un public pour le porter et de nous délivrer son puissant message mystique sur le temporel et le spirituel dans une aura mystérieusement confortable.

Notre avis sur Tam Dao de Diptyque

Tam Dao est légendaire sous bien des aspects, il pousse au rêve, au voyage, et sa version Eau de Toilette est un chef-d’œuvre du genre. Les amoureux du santal, et ceux qui veulent connaître jusqu’où peut aller la famille des boisés, se doivent de le découvrir.

L’eau de toilette existe en deux formats, deux tarifs : 138€ pour 100ml et 98€ pour 50ml.

L’eau de parfum, sorti en 2013, existe en un seul format de 75ml pour 160€.

Un savon de 150g pour 30€ existe aussi pour les (sales ?) collectionneurs.

Tam Dao Diptyque
Tam Dao Eau de Toilette Diptyque
Tam Dao Eau de Parfum Diptyque

Et vous, Tam Dao de Diptyque ça vous évoque quoi ?

Faites profiter le lecteur de votre expérience, lâchez un commentaire !

3 Commentaires

  1. Liloo

    Une pépite

    Réponse
  2. Jeanpaul

    Le seul parfum qui sent vraiment le bois de santal pur, brut.

    Réponse
  3. FunnyMarla

    Mon précieux du moment. Coup de foudre instantané au premier pschitt et attente de rigueur pour être sure, pour ne pas me laisser berner par un feu de paille. J’attends et l’EFP offre ses mues comme autant de facettes étonnantes pour finir sa route douce et crémeuse. Je suis envoûtée c’est certain.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’auteur :

Fun : Auteur, animateur de La Parfumerie Podcast

Fun

Auteur / Animateur

Sentir sérieusement sans jamais se prendre au sérieux ; chez lui, la pulsion automatique de mettre des mots sur ses sensations lui donnera toujours des histoires à se raconter, à nous raconter.

Voir la bio de Fun

La Parfumerie ne mâche pas ses mots dans ses avis Parfum

La sale équipe donne son avis sur les différentes références parfumées, nouveautés et anciennetés, du Mainstream, de la parfumerie de niche et du luxe, sans concession aucune, pour orienter l’acheteur ou tout simplement pour cracher le morceau.

Accento – Xerjoff

Accento – Xerjoff

Accento de Xerjoff, de la soupe de sucre calibrée pour l’asphyxie, une superbe recette bien Pop Niche qu’il vaut mieux éviter…

Eau Capitale – Diptyque

Eau Capitale – Diptyque

Eau Capitale est un des parfums récents de Diptyque qui nous a vraiment conquis, une compo entière, belle et prenante signée par le regretté Olivier Pescheux.

Viole Nere – Meo Fusciuni

Viole Nere – Meo Fusciuni

Viole Nere c’est dernier chef-d’œuvre de Meo Fusciuni, une violette qui défie les plus grands du domaine, une réussite absolue signée Giuseppe Imprezzabile !

Arabie – Serge Lutens

Arabie – Serge Lutens

Arabie est un des classiques de Serge Lutens, il en a l’ADN type. Ce parfum invite au voyage dans une région du monde qu’il a tant exploré…

Un été – Obvious

Un été – Obvious

Un été par Obvious n’est pas un parfum “summer time” mais plutôt un souvenir qui l’évoque. Une ambiance crème solaire, propre et sans erreur.