Avis Parfum : Mal-Aimé de Parfum d’Empire

Composé par Marc-Antoine Corticchiato | Aromatique Vert.

Écouter l’Avis de La Parfumerie sur Mal-Aimé de Parfum d’Empire :

Avis Mal-aimé Parfum d'Empire

Le Mal-aimé de Parfum d’Empire

Parler de Mal-aimé c’est aborder tout le savoir-faire de Parfum d’Empire et de son parfumeur Marc-Antoine Corticchiato. Des compositions qui vont loin, aux apparences et thématiques trompeuses, aux formulations pièges. Cette référence est une leçon, une fois de plus.

Votre avis compte !

Donnez votre avis sur Mal-Aimé par Parfum d’Empire :

Cliquez pour donner votre note !
[Total: 3 Average: 5]

Et envoyez-nous un commentaire

Faites-nous part de votre expérience avec ce parfum, chaque anecdote est un conseil !

Donnez de la force à vos gars ! Il nous a fallu 1 lungo intenso pour réaliser cet avis !

Le Mal-aimé de Parfum d’Empire

Parler de Mal-aimé c’est aborder tout le savoir-faire de Parfum d’Empire et de son parfumeur Marc-Antoine Corticchiato. Des compositions qui vont loin, aux apparences et thématiques trompeuses, aux formulations pièges. Cette référence est une leçon, une fois de plus.

Avis Mal-aimé Parfum d'Empire

Votre avis compte !

Donnez votre avis sur Mal-Aimé par Parfum d’Empire :

Cliquez pour donner votre note !
[Total: 3 Average: 5]

Et envoyez-nous un commentaire

Faites-nous part de votre expérience avec ce parfum, chaque anecdote est un conseil !

Donnez de la force à vos gars ! Il nous a fallu 1 lungo intenso pour réaliser cet avis !

Présentation : Fun.

Quand vient la fin de l’été, au bord du chemin.

Coup de projecteurs sur la dernière création ovnièsque de l’immense maison de niche : Parfum d’Empire. Ici, l’hommage est rendu à une nouvelle forme de minorité qui a depuis toujours été ignorée, saccagée, écrasée : les fleurs que l’on ne remarque pas, ces parfums que l’on ne sent plus, de ces plantes qui soignent pourtant différents maux mais qu’aucun mot poétique ne vient jamais caresser. Les pissenlits, les orties, les chardons ont de moins en moins de place en ville et quand ils en ont, la municipalité préfère passer la tondeuse à gazon toutes les deux semaines pour avoir un espace gazonné bien vert, bien uniforme, bien monochrome, « bien propre ».

Marc-Antoine Corticchiato s’est ému, s’est levé… et s’est immédiatement abaissé pour laisser son nez sur ces plantes délicates, comprenant que la puissance, la force étaient dans la fragilité des éléments, dans l’itération des habitudes, et que l’herbe n’est jamais plus verte ailleurs que sous nos propres pieds.

Mal-Aimé, le vert brut de Parfum d’Empire

Mal-Aimé ne ressemble à aucun de ses ascendants de la belle famille des Verts puisqu’aucun d’entre eux n’a été capable de l’envisager. Dés la première pulvérisation nous voici transportés dans un incroyable nuage familier. Pourtant, aucune note ordinaire de la palette habituelle du parfumeur ne transparait. L’abstraction est totale, le promenade automnale est complète et chaque flâneur devient randonneur.

Notre avis sur le parfum Mal-aimé, l'ultra vert de Parfum d'Empire

Mal-Aimé de Parfum d’Empire, un ultra vert de la collection « L’héritage Corse« , demande une approche avertie, mais reste si sublime !

Quand vient la fin de l’été, au bord du chemin.

Notre avis sur le parfum Mal-aimé, l'ultra vert de Parfum d'Empire

Mal-Aimé de Parfum d’Empire, un ultra vert de la collection « L’héritage Corse« , demande une approche avertie, mais reste si sublime !

Coup de projecteurs sur la dernière création ovnièsque de l’immense maison de niche : Parfum d’Empire. Ici, l’hommage est rendu à une nouvelle forme de minorité qui a depuis toujours été ignorée, saccagée, écrasée : les fleurs que l’on ne remarque pas, ces parfums que l’on ne sent plus, de ces plantes qui soignent pourtant différents maux mais qu’aucun mot poétique ne vient jamais caresser. Les pissenlits, les orties, les chardons ont de moins en moins de place en ville et quand ils en ont, la municipalité préfère passer la tondeuse à gazon toutes les deux semaines pour avoir un espace gazonné bien vert, bien uniforme, bien monochrome, « bien propre ».

Marc-Antoine Corticchiato s’est ému, s’est levé… et s’est immédiatement abaissé pour laisser son nez sur ces plantes délicates, comprenant que la puissance, la force étaient dans la fragilité des éléments, dans l’itération des habitudes, et que l’herbe n’est jamais plus verte ailleurs que sous nos propres pieds.

Mal-Aimé, le vert brut de Parfum d’Empire

Mal-Aimé ne ressemble à aucun de ses ascendants de la belle famille des Verts puisqu’aucun d’entre eux n’a été capable de l’envisager. Dés la première pulvérisation nous voici transportés dans un incroyable nuage familier. Pourtant, aucune note ordinaire de la palette habituelle du parfumeur ne transparait. L’abstraction est totale, le promenade automnale est complète et chaque flâneur devient randonneur.

Le parfum vert Mal-aimé de Parfum d'Empire, notre avis

Belle compo & Mauvaises herbes

À travers ce voile brumeux, les notes herbacées ouvrent le bal : nous sommes chez un fleuriste où tout est très lourd, très entêtant, comme des fleurs séchées de mimosa ou de magnolia qui répartissent dans l’atmosphère leurs arguments secs, poussiéreux et pondéreux. Au delà des notes, ce qui est majestueux avec Mal-Aimé – et comme très souvent dans cette maison – c’est qu’il est si difficile de parler des matières car on ressent une matière. Une peinture. Une pensée.

En fermant les yeux, cette pensée, ici encore, est démultipliée et s’enrôle dans plusieurs dimensions. Nous voici quelques heures plus tard au milieu d’une cuisine gourmande et généreuse de notre grand-mère adorée. Les carreaux faïences roses pâles contrastent fortement avec le vert plus sombre, plus charpenté des notes centrales qui se métamorphosent en bouquet d’aromates. La prosodie est « chyprée », médicinale, comme chez un apothicaire spécialisé en phytothérapie qui ouvre tous ses bocaux en même temps.

La dernière salve olfactive rejoint la danse où l’on imagine un feu de broussailles avec quelque chose qui rappelle la feuille de thé très sèche, qui s’effrite entre les doigts. Enfin, les vapeurs se cuirent en toute fin de discours et laissent place à une note animale type castoréum.

Belle compo & Mauvaises herbes

Le parfum vert Mal-aimé de Parfum d'Empire, notre avis

À travers ce voile brumeux, les notes herbacées ouvrent le bal : nous sommes chez un fleuriste où tout est très lourd, très entêtant, comme des fleurs séchées de mimosa ou de magnolia qui répartissent dans l’atmosphère leurs arguments secs, poussiéreux et pondéreux. Au delà des notes, ce qui est majestueux avec Mal-Aimé – et comme très souvent dans cette maison – c’est qu’il est si difficile de parler des matières car on ressent une matière. Une peinture. Une pensée.

En fermant les yeux, cette pensée, ici encore, est démultipliée et s’enrôle dans plusieurs dimensions. Nous voici quelques heures plus tard au milieu d’une cuisine gourmande et généreuse de notre grand-mère adorée. Les carreaux faïences roses pâles contrastent fortement avec le vert plus sombre, plus charpenté des notes centrales qui se métamorphosent en bouquet d’aromates. La prosodie est « chyprée », médicinale, comme chez un apothicaire spécialisé en phytothérapie qui ouvre tous ses bocaux en même temps.

La dernière salve olfactive rejoint la danse où l’on imagine un feu de broussailles avec quelque chose qui rappelle la feuille de thé très sèche, qui s’effrite entre les doigts. Enfin, les vapeurs se cuirent en toute fin de discours et laissent place à une note animale type castoréum.

Bien, je te souhaite d’embrasser de nombreux cous, Mal-Aimé, car tu es si grand. Tu portes en toi l’espoir qu’un jour, le peuple de ce monde métastasé, daigne fléchir les genoux pour regarder, enfin, toutes ces fleurs qu’il a voulu mort-nées.

Bien, je te souhaite d’embrasser de nombreux cous, Mal-Aimé, car tu es si grand. Tu portes en toi l’espoir qu’un jour, le peuple de ce monde métastasé, daigne fléchir les genoux pour regarder, enfin, toutes ces fleurs qu’il a voulu mort-nées.

Notre avis sur Mal-Aimé de Parfum d’Empire

Mal-Aimé ne laissera personne indifférent, c’est une certitude. Son vert affirmé rend un hommage vibrant à la nature, la vraie, celle de l’ombre. Une senteur unique, une superbe œuvre olfactive comme Parfum d’Empire sait si bien le faire, mais à sentir obligatoirement avec de l’acquérir. Vendu en Eau de Parfum, à 115€ les 50ml et 174€ en flacon 100ml.

Un avis sur Mal-Aimé de Parfum d'Empire
Un avis sur Mal-Aimé, collection Héritage Corse de Parfum d'Empire
Vert de vert : Mal-Aimé de Parfum d'Empire

Et vous, ce Mal-Aimé de Parfum d’Empire, c’est quoi votre avis ?

Faites profiter le lecteur de votre expérience, lâchez un commentaire !

1 Commentaire

  1. Hakim

    Très bon avis sur Mal-aimé.

    Je ne m’attendais vraiment pas à cette odeur, il est bien fait et a atterri dans ma wishlist !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fun : Auteur, animateur de La Parfumerie Podcast

Fun

Auteur / Animateur

Sentir sérieusement sans jamais se prendre au sérieux ; chez lui, la pulsion automatique de mettre des mots sur ses sensations lui donnera toujours des histoires à se raconter, à nous raconter.

Voir la bio de Fun

La Parfumerie ne mâche pas ses mots dans ses avis Parfum

La sale équipe donne son avis sur les différentes références parfumées, nouveautés et anciennetés, du Mainstream, de la parfumerie de niche et du luxe, sans concession aucune, pour orienter l’acheteur ou tout simplement pour cracher le morceau.