Avant d’apprendre… désaprendre !

S’éduquer dans le parfum

Lorsqu’on découvre le monde du parfum, l’horizon s’ouvre devant nous. Malheureusement, de nombreux murs restent à abattre…

Découvrir le monde du parfum est un piège, il faut désapprendre pour apprendre.

L’illusion des novices 

Dans le parfum tout est beau… enfin presque. Alors qu’on comprend qu’on peut sentir bon, avec des produits de qualité, on se retrouve pris dans des pièges (à cons). Notre perception des marques, des prix, notre acceptation des messages publicitaires jouent contre nous.

Comment ne pas considérer une nouvelle sortie d’une grande marque comme réussie ? Le filet est tendu, les poissons c’est nous. Il pleut des messages de succès, des éloges de toutes parts sur le nouveau parfum, comment ne pas être formaté avant même de le sentir ?

Les pièges des présentation et communications luxe

La maîtrise de la traitrise

Depuis tout jeune, on nous fait comprendre que le monde du luxe est sans faille. 
Sentir le parfum pour apprendre

Dior ou Louis Vuitton sont au sommet de la hiérarchie, leurs créations sont au-delà de la perfection, du fashion, de l’imaginaire. Ainsi, lorsqu’il s’agit de s’acheter un petit produit d’entrée de gamme, pour se faire croire qu’on en possède un petit quelque chose, la réalité du produit nous échappe.

Une robe de soirée Haute Couture de Christian Dior n’est pas un parfum Dior présent à Sephora. Les fragrances de la marque sont fabriquées pour le grand public, un concept bien loin de la Maison Dior et de la chose du luxe. C’est autant le cas pour ses références Mainstreams que ses produits dits « privés ». Mais, puisque la marque s’impose comme telle, comme idée reçue, comme évidence, alors qu’à cela ne tienne. 

La Newsletter fumante de ton podcast parfum

La Parfumerie débarque par mail pour des courriers inclassables, parfumés mais toujours aussi épicés, et te proposer quelques bons plans dès qu’ils sont disponiblesEn savoir +

Le jus, le jus…

Ce sont ces perceptions faussées qu’il faut désapprendre au plus vite. Dans le flacon se trouve la seule vérité, la seule parole du parfum. Le reste n’est qu’habillage superflu. 

C’est par l’habile calcul des directions marketing que ces biais ont trouvé leur cible. Il faut donc faire abstraction de ces éléments lorsqu’on appréhende un parfum. Comprendre que non, les matières ne sont pas forcément supérieures, que la création n’est rien d’autre qu’un parfum de plus qu’il faut sentir pour apprécier. Une révolution éducative en somme.

Sentir c'est apprendre le parfum, désapprendre ce qu'on nous a mis dans le crâne !

Un cheminement qui n’a aucun secret

Apprécier un parfum n’a besoin que de nos narines et d’un brin d’expérience. Plus on sent des références, plus on en décèle les subtilités. Les grands parfums sont connus, il n’y a qu’à les sentir et se laisser envahir, tranquillement chez soi. Après un long séjour loin des horreurs de la parfumerie, y revenir sera un tel choc que vous n’aurez besoin de personne pour comprendre qu’il s’agit d’une grossièreté olfactive.

Bien sûr en attendant on est là pour aider, pour faire comprendre certains points importants. Mais c’est avec le temps seulement que l’expérience se fait, que les matières commencent à se montrer dans le jus, que la technique et la poésie se manifestent sans qu’on nous les présente.

Mettons à mal les mythos et les voleurs. Soutenons les marques émérites !

Soyons l’étincelle #MettonsLeFeuAuParfum 🔥

Réagissons ! Parlons-en sans tabou…

Postez votre avis :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les archives parfum de La News’

pour aller plus loin dans le monde des bonnes odeurs

La hype Tom Ford ?

La hype Tom Ford ?

La Hype Tom Ford ? Du chauvinisme françaisPuisqu'on nous a lancés sur le sujet, répondons clairement. Depuis nos débuts dans la sphère du parfum en France, on entend que du bien de la part des parfumeurs qu'on a pu côtoyer sur Tom Ford. Et ce, venant de connaisseurs...